rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Emmanuel Macron Politique française

Publié le • Modifié le

ISF: l’opération déminage d’En marche

media
Olivier Faure, le chef des députés socialistes, le 27 juin 2017, à Paris. CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

En France, le projet de loi de finances, autrement dit le budget de la France pour 2018, est en train d'être étudié par les députés. Une mesure fait débat. C'est la transformation de l'Impôt de solidarité sur la fortune. L'ISF va devenir un simple impôt sur le patrimoine immobilier des plus riches. Un débat qui touche aussi les rangs de la majorité. Plusieurs députés de la République en marche (REM) issus des rangs de la gauche ne veulent pas faire trop de cadeaux aux plus aisés. Ils préparent des amendements pour que les voitures de luxe et les yachts restent taxés.


C’est elle la première qui a osé publiquement demander des « signaux » dans le domaine social. L'ex-socialiste Brigitte Bourguignon, devenue députée En marche, reste tout aussi vigilante sur le budget. « Il faut admettre qu’il y aura des ajustements à trouver. Il y a de la discussion entre des gens qui sont tout sauf des " godillots " », dit-elle.

La majorité n'a pas encore de frondeurs, loin de là. Mais la gauche essaie quand même d'attiser les divisions. Olivier Faure, le chef des députés socialistes, lance un appel à ses ex-collègues du PS passés chez En marche : « J’appelle  chacun à la conscience et à la cohérence. Je ne comprends pas que des gens qui ont bataillé dur contre Nicolas Sarkozy font aujourd’hui pire que lui. »    

Un cadre d'En Marche confie : il faut « dépassionner ce débat » autour de l'ISF. D'ailleurs plusieurs réunions avec les ministres et les députés sont prévues cette semaine.

« Les discussions elles existent, elles étaient déjà prévues avant. Ce sont ces discussions-là qui vont ensuite nous permettre d’être soudés, unis, au moment dans l’hémicycle de porter ce projet de loi finances », affirme Stanislas Guerini, un des porte-parole du groupe.

Et pendant que la majorité démine le sujet à l'Assemblée, le chef de l'Etat est lui aussi sur le terrain social pour envoyer des signaux à gauche. Après avoir rencontré les salariés de Whirpool hier à Amiens, il se rend ce mercredi en Corrèze pour parler formation professionnelle et apprentissage.

(Re)lire : Transformation de l'ISF, hausse de la CSG: ce qu'il faut retenir du budget 2018

Chronologie et chiffres clés