rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Politique française Finances Edouard Philippe Emmanuel Macron Logement

Publié le • Modifié le

France: baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux

media
Une HLM de la cité des Bosquets à Montfermeil, en région parisienne. (Photo : AFP)

Dans sa chasse aux économies le premier ministre Edouard Philippe a confirmé ce mercredi une baisse de APL, les aides personnalisées au logement. Après les locataires du parc privé, il s'adresse cette fois à ceux du parc social, c'est à dire les HLM, habitation à loyer modéré. Les logements sociaux sont près de cinq millions en France et concernent 10 millions de français. Le premier ministre affirme que cette baisse des aides n'aura aucun impact pour les locataires. Elle serait totalement compensée par une diminution des loyers « identique » qu'il compte bien imposer aux bailleurs sociaux. Ces derniers ont plutôt mal accueilli la nouvelle.


Pas de doute, le gouvernement entend bien couper dans les aides au logement. Il y a d’abord eu l'annonce de la baisse de 5 euros des APL, pour tous les locataires dès le 1er octobre, suivi de la demande infructueuse d'Emmanuel Macron aux propriétaires de baisser leur loyer de 5 euros. L'exécutif revient à la charge ce mercredi avec une nouvelle mesure, cette fois ci uniquement à destination des locataires du parc social.

Edouard Philippe veut diminuer le montant de leurs APL et propose que cette baisse soit compensée par une diminution équivalente du montant de leurs loyers, afin de leur éviter toute perte de pouvoir d'achat. Le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, refuse de confirmer le montant de 50 euros mensuels évoqué par certains médias. Dans l'hypothèse où ce montant serait le bon, ce coup de rabot rapporterait à l'Etat près de deux milliards d'euros.

Les bailleurs sociaux inquiets

Un manque à gagner important pour les bailleurs sociaux, qui dénoncent des baisses insoutenables. Ils affirment qu'ils n'auront plus les moyens de construire des logements neufs alors que la demande est criante. En réponse, Jacques Mezard évoque l'allongement des prêts pour les bailleurs et le gel du taux du Livret A pendant deux ans.

Si, comme le gouvernement l'affirme, cette baisse est inscrite dans le projet de loi de finances 2018, les bailleurs sociaux ne pourront de toute façon qu'obtempérer.

Le gouvernement a repoussé d'une semaine la présentation du plan logement, au cours duquel la baisse des APL sera présentée. Selon Matignon, l'annonce va être faite la semaine prochaine, lors du prochain conseil des ministres.

Chronologie et chiffres clés