rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Effondrement mortel d'un terminal à l'aéroport de Roissy-CDG en 2004: ADP et trois sociétés renvoyés devant le tribunal (source proche)
  • Brexit: «feu vert» pour préparer à Vingt-Sept des discussions commerciales avec Londres (Donald Tusk)
  • Australie: l'industrie a produit sa dernière voiture, un véhicule de marque Holden
  • Intempéries: Swiss Re estime à 95 milliards de dollars les pertes assurées pour les ouragans dans les Caraïbes et les séismes au Mexique

France racisme Immigration

Publié le • Modifié le

A Aubervilliers, la sécurité de la communauté chinoise s'améliore

media
La mort de Zhang Chaolin avait provoqué des manifestations à Aubervilliers, où travaillent plus de 10.000 personnes originaires de Chine autour de la première plateforme d'import-export textile d'Europe, ainsi qu'à Paris. AFP/Alain Jocard

Ce lundi après-midi 7 août, la communauté chinoise d’Aubervilliers, dans la région parisienne, appelle au recueillement. Il y a un an, Zhang Chaolin, immigré chinois de 49 ans d'Aubervilliers, travaillant comme ouvrier textile, était agressé en pleine rue par trois hommes qui voulaient lui voler son sac, qui s'avérait être vide. Quelques jours plus tard, il succombait à ses blessures. L'affaire avait créé un vif émoi dans la communauté chinoise qui s'était mobilisée pour réclamer une meilleure protection de ses membres. Depuis un an, ils estiment que leur situation s'est légèrement améliorée.


Statistiquement, le nombre de plaintes pour agression des habitants et des commerçants chinois d’Aubervilliers a baissé.

Autre satisfaction, qualitative cette fois : les policiers se sont sensibilisés aux agressions envers la communauté chinoise. Le commissariat d'Aubervilliers dispose désormais d'un traducteur en mandarin pour les ressortissants non francophones.

Mais la situation progresse beaucoup trop lentement, selon les représentants de la communauté chinoise d'Aubervilliers. Beaucoup ont encore peur de porter plainte. L'installation d'une vingtaine de caméras de surveillance à proximité des commerces n'est toujours pas terminée, et les agressions continuent.

D'ailleurs la population prend désormais conscience des risques et est contrainte de change ses habitudes. Plus question de rentrer chez soi seul après la tombée de la nuit.

Le sentiment d'insécurité est donc toujours là, et d'autant plus fort que la communauté chinoise s'estime victime d'un racisme anti asiatique qui, selon eux, traverse la société française.

Ses représentants l'affirment, il faudra encore du temps pour que les Chinois de Paris se sentent en sécurité. Le temps au moins de changer les mentalités.

Et le caractère raciste de l'agression du 7 août 2016 a été reconnu par l'enquête, puisque les trois hommes comparaîtront prochainement en cour d'assises pour « vol avec violence ayant entrainé la mort, commise en raison de l’appartenance vraie ou supposée à une ethnie ou une nation ».

Relire : La communauté chinoise d'Île-de-France crie son ras-le-bol du racisme

Chronologie et chiffres clés