rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Histoire Seconde Guerre mondiale

Publié le • Modifié le

La rafle du Vel d'Hiv, symbole de la déportation des juifs sous l'occupation

media
Jardin du souvenir à l'emplacement du Vel d'Hiv, en face de la station de métro Bir-Hakeim à Paris. Wikipédia/Djampa

Le 75e anniversaire de la rafle du Vélodrome d'Hiver, souvent appelée la rafle du Vel d'Hiv, est commémoré ce dimanche 16 juillet par le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Cette opération de police est tristement célèbre pour être la plus grande arrestation massive de juifs réalisée en France pendant la Seconde Guerre mondiale.


Nous sommes le 16 juillet 1942, plus de 13 000 juifs sont arrêtés à leur domicile à Paris et en banlieue par des policiers français aux ordres de René Bousquet, alors chef de la police de Vichy.

Deux ans plus tôt, l'armistice a été signé et la France occupée est devenue le bras armé des Allemands.

Entassés dans des autobus, des hommes, des femmes, des personnes âgées, des malades et plus de 4 000 enfants sont conduits au stade du Vélodrome d'Hiver, sur le quai de Grenelle, dans le 15e arrondissement parisien.

A peine une semaine plus tard, ces familles sont acheminées vers les camps de Drancy en Seine-Saint-Denis, Pithiviers et Beaune-la-Rolande, dans le Loiret, à une centaine de kilomètres au sud de Paris. Puis elles sont ensuite envoyées vers les camps d'extermination.

Cette rafle du Vel d'Hiv, qui représente à elle seule plus du quart des 42 000 juifs envoyés de France à Auschwitz en 1942, est devenue le symbole de la déportation sous l'occupation en France.

Chronologie et chiffres clés