rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Histoire judaïsme Seconde Guerre mondiale Emmanuel Macron

Publié le • Modifié le

Rafle du Vél d’Hiv: «Vichy, c’était bien la France», insiste Emmanuel Macron

media
Scène de déportation des juifs de France (photo d'illustration): dans la nuit du 15 au 16 juillet 1942, des policiers français arrêtent à Paris et en banlieue plus de 12 000 juifs qui seront parqués au Vélodrome d'hiver dans le 15e arrondissement. Antoine Gyori/Corbis/Getty

Le président français Emmanuel Macron participait ce dimanche 16 juillet 2017 au 75e anniversaire de la rafle du Vél d'Hiv. La cérémonie d'hommage s'est tenue en présence du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, une première. Mais c'est le discours d'Emmanuel Macron, prononcé devant lui, qui fera date.


C'est l'un des épisodes les plus sombres de l'histoire française, qui a été commémoré ce dimanche dans le XVe arrondissement de la capitale sur les lieux de l'ancien Vélodrome d'Hiver, dont il ne reste rien tant la plaie est profonde.

Le 16 juillet 1942, à la demande des nazis, et sur ordre de l'Etat français en place à Vichy, plus de 13 000 femmes, hommes et enfants juifs avaient été arrêtés à Paris et sa région par la police française, parqués au Vélodrome d'hiver, avant d'être déportés en Pologne d'où très peu sont revenus.

Le président Emmanuel Macron est arrivé vers 10h, pour déposer une gerbe devant le monument commémoratif du Vél d'Hiv. Il s’est ensuite rendu, avec l'avocat franco-israélien Serge Klarsfeld, au Jardin du souvenir, où sont inscrits les noms des 3 928 enfants déportés suite à la rafle.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a ensuite rejoint le président français. Les deux chefs d’Etat ne sont pas arrivés ensemble pour des raisons de sécurité. Ils ont chacun reçu de nombreux applaudissements à leur arrivée.

Une longue prière a ensuite été dite par le rabbin Olivier Kaufmann, en souvenir des victimes juives de la Seconde Guerre mondiale. Mais il a aussi étendu sa prière à toutes les victimes actuelles de la barbarie à travers le monde.

Pierre-François Veil, président du Comité pour Yad Vashem, le mémorial construit à Jérusalem en mémoire des victimes juives de la Shoah, a également pris la parole. « Aujourd’hui les derniers survivants disparaissent, a-t-il souligné. C’est en votre nom qu’il faut entretenir cette double mémoire, voulue par Yad Vashem à Jérusalem dès 1953, qui œuvre inlassablement à retrouver le nom, l’histoire des 6 millions de victimes de la Shoah, et aussi à honorer les justes parmi les Nations ».

Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahu (g) et le président français Emmanuel Macron, lors de la cérémonie qui marque le 75e anniversaire de la rafle de Vél d'Hiv, à Parisle 16 juillet 2017. REUTERS/Kamil Zihnioglu

« A vous, M. le président, à la France, à tout le peuple français, du fond du cœur, je dis merci »

Un hommage a également été rendu à l'ancienne ministre française Simone Veil, l’une des grandes figures de la Shoah qui avait été déportée enfant, et qui est décédée le 30 juin dernier. Des textes ont par ailleurs été lus par des personnalités.

Le Premier ministre israélien a salué la main tendue par le président français à l'occasion de cet anniversaire. L'invitation à participer aux commémorations de la rafle du Vél d'Hiv est « un geste très, très fort (qui) témoigne de l'amitié ancienne et profonde entre la France et Israël », a confié Benyamin Netanyahu.

C'était la première fois qu'un chef du gouvernement israélien participait à des commémorations de la rafle de 1942. « A vous, M. le président, à la France, à tout le peuple français, du fond du cœur, je dis merci », a lancé le chef du gouvernement israélien à la tribune, qui s'est exprimé partiellement en français.

Benyamin Netanyahu: «Cette invitation pour commémorer ensemble est un geste très très fort qui témoigne de l'amitié ancienne et profonde entre la France et Israël» 16/07/2017 - par RFI Écouter

« Je récuse les accommodements de ceux qui prétendent que Vichy n'était pas la France »

Mais c'est le discours d'Emmanuel Macron qui aura le plus marqué les esprits. Allant plus loin que ne l'avaient fait par le passé ses prédécesseurs Chirac, Sarkozy et Hollande, citant des noms sans ambage, le chef de l'Etat a de nouveau assumé la responsabilité de l'Etat français dans l'organisation de la rafle. « C'est bien la France qui organisa la rafle, puis la déportation, et donc, pour presque tous, la mort, des 13 152 personnes de confession juive », a déclaré M. Macron, précisant que « pas un seul Allemand » n'a participé à la rafle.

« Je récuse les accommodements de ceux qui prétendent que Vichy, ce n'était pas la France. Car Vichy, ce n'était certes pas tous les Français, mais c'était l'Etat et l'administration de la France », a lancé le président, s'adressant en filigrane à Marine Le Pen, son ancienne adversaire à la présidentielle.

Pendant la campagne, la candidate frontiste avait déclaré que « la France n’était pas responsable » de cette tragédie. « Je récuse aussi ceux qui font acte de relativisme et expliquent qu'exonérer la France (...), c'est s'inscrire dans les pas du général de Gaulle et de François Mitterrand, qui sur ce sujet restèrent mutiques. »

Par ce discours, Emmanuel Macron s'inscrit dans les pas du président Jacques Chirac qui, rompant avec un long silence engagé dès le début de l'après-guerre, avait déclaré en 1995 : « Ces heures noires souillent à jamais notre histoire, et sont une injure à notre passé et à nos traditions. Oui, la folie criminelle de l'occupant a été secondée par des Français, par l'Etat français. »

Mais Emmanuel Macron a également lancé des messages politiques plus contemporains, parlant même de la défense du climat et du racisme en général. « Nous ne cèderons rien aux messages de haine, nous ne cèderons rien à l'antisionisme, car il est la forme réinventée de l'antisémitisme », a-t-il notamment lancé.

Emmanuel Macron: «En France, aujourd'hui, cette corruption des esprits, cet affaiblissement moral et intellectuel que sont le racisme et l'antisémitisme, sont encore présents 16/07/2017 - par RFI Écouter

Emmanuel Macron et Benyamin Netanyahu se sont retrouvés après la commémoration pour un entretien à l'Elysée.

Le président français a accueilli le Premier ministre israélien Benyamin Netanayu à l'Elysée pour un entretien après la commémoration du 75e anniversaire de la rafle du Vél' d'Hiv. Le 16 juillet 2017. GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP

Chronologie et chiffres clés