rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Kenya: au moins quatre personnes tuées dans un bidonville de Nairobi (police)
  • Inde: malgré le brouillard de pollution, le semi-marathon de Delhi a bien eu lieu
  • Zimbabwe: la ligue des jeunes de la Zanu-PF appelle Robert Mugabe à démissionner

France Emmanuel Macron

Publié le • Modifié le

Au Sénat, Emmanuel Macron en opération déminage avec les collectivités locales

media
Emmanuel Macron souhaite poser les bases d'un nouveau dialogue entre l'Etat et les collectivités locales. REUTERS/Etienne Laurent

En France, le Sénat accueille ce lundi 17 juillet la Conférence nationale des Territoires. Encore une fois, le président de la République Emmanuel Macron veut être à la manœuvre sur un dossier délicat, celui des relations entre l’Etat et les collectivités locales.


En décidant de venir en personne au Sénat pour exposer sa vision du pacte de confiance proposé par l’Etat aux collectivités locales, Emmanuel Macron veut montrer qu’il est totalement impliqué sur ce dossier. Et comme lorsqu’il avait réuni le Parlement en Congrès à Versailles avant le discours de politique générale d’Edouard Philippe, le chef de l’Etat envoie un message sur le fonctionnement du couple exécutif en mettant en scène leur participation commune à cette conférence.

Cette fois-ci, c’est le chef du gouvernement qui parlera en premier dès l’ouverture le matin. Emmanuel Macron arrivera pour le déjeuner et prononcera ensuite un discours, non pas dans l’Hémicycle, mais dans la salle Clemenceau.

S’il est déjà arrivé qu’un président s’exprime au Sénat, cela reste exceptionnel. Cela permettra peut-être d’arrondir les angles avec les représentants des collectivités locales. Car cette conférence abordera des sujets qui fâchent, notamment la question des économies sur les dépenses de fonctionnement demandées par l’Etat, de l’ordre de 10 milliards d’euros sur cinq ans. Et celle de la suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des foyers, promise par Emmanuel Macron, mais qui constitue autant de manque à gagner pour le budget déjà serré des communes. Les maires ne savent pas encore comment cette promesse présidentielle sera compensée.

A cela s'ajoute le projet de supprimer à terme un quart des départements. Pour les élus locaux, les motifs d'inquiétude sont donc légion. Et ce alors que les collectivités territoriales se relèvent à peine des réformes du quinquennat précédent que sont la refonte des régions, la redéfinition des compétences et l'interdiction du cumul des mandats.

Le chef de l’Etat espère en lançant la Conférence nationale des Territoires, qui devrait se réunir régulièrement, poser les bases d’un nouveau dialogue entre l’Etat et les collectivités locales. A deux mois des élections sénatoriales, où les élus locaux forment une part importante des grands électeurs, l’opération est stratégique pour Emmanuel Macron.

Chronologie et chiffres clés