rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Législatives françaises 2017 Emmanuel Macron Politique française

Publié le • Modifié le

Législatives: victoire des «marcheurs», pas de blanc-seing pour Macron (dossier)

media
Le palais Bourbon, siège de l'Assemblée nationale française, chambre basse du Parlement. MARTIN BUREAU, LIONEL BONAVENTURE, LOIC VENANCE, Eric Feferberg

Le président Macron disposera d'une majorité solide à l'Assemblée nationale pour mettre en place son projet. Ce n'est pas le rouleau compresseur annoncé ces derniers jours, mais c'est tout de même une majorité absolue confortable. Fil d'informations, éditions spéciales, revue de presse, reportages et analyses; voici le dossier de RFI sur les résultats des élections législatives 2017.


 

■ UN SCRUTIN HISTORIQUE

• Une soirée d’élections avec nos envoyés spéciaux

Manuel Valls dit avoir sauvé sa peau. Najat Vallaud-Belkacem perd sa place. Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen sont députés pour la première fois de leur vie. La République en marche du président Macron s’installe confortablement au milieu de l’hémicycle le plus jeune et le plus féminin de l’histoire de la Ve République, sur fond d’abstention record après un an et demi d’élections de longs mois de campagne depuis les primaires. Tels sont quelques-uns des enseignements des scrutins du 18 juin 2017. Notre direct.

• Les antennes de RFI au diapason des élections

Envoyés spéciaux dans les QG des principaux partis à paris ou auprès de leurs figures de proue en région, ainsi qu’au ministère de l’Intérieur à Paris, pour des tranches de reportage à chaud ou d’analyse à froid ; invités en plateau, qu’ils soient chercheurs ou politiques ; Radio France Internationale a multiplié les éditions spéciales au soir du 18 juin 2017 et au lendemain du scrutin. Écouter.

• Au palais Bourbon, une Assemblée nationale de novices

Les trois quarts des députés n’ont jamais mis les pieds dans l’hémicycle. La moyenne d’âge tombe de cinq ans, et il devrait y avoir 223 femmes sur 577 députés au total. Soit plus de 38 %, un record. Le profil professionnel évolue : moins de fonctionnaires et plus de cadres. En revanche, l’Assemblée ne comptera toujours aucun ouvrier dans ses rangs. Globalement, les catégories socio-professionnelles favorisées dominent. Explications.

• Dix macronistes sur onze chez les Français de l’étranger

Modem ou La République en marche, les candidats de la majorité présidentielle ont rencontré un franc succès chez les Français de l’étranger, où l’alliance aux législatives entre Emmanuel Macron et François Bayrou remporte dix des onze circonscriptions en jeu, dont neuf pour les seuls candidats LREM. Mais le grand champion des scrutins de l’étranger, c’est encore et toujours le taux d’abstention, comme en métropole. Tour d’horizon.

• Il faudra analyser l’abstention record aux deux tours

Le grand vainqueur de ces législatives, c’est aussi et surtout l’abstention, puisque 57,36 % des Français ne se sont pas déplacés pour voter dimanche. Un record sous la Ve République, qui traduit notamment la perte d’influence des scrutins législatifs sur l’élection présidentielle. Cette dernière avait en effet attiré bien plus de monde. Faut-il y voir aussi de la fatigue, après une longue campagne engagée dès les primaires ? Une réaction à l’émergence du trublion Macron ? À suivre.

• À la Une de la presse française, révolution Macron

« Après l’Élysée, l’Assemblée », titre Le Figaro, qui n’en revient pas. « On a beau s’habituer à tout, renchérit Libération, la séquence électorale qui s’est achevée hier soir est toujours aussi extraordinaire. » Il y a à peine un an, se rappellent Les Échos, « on se presse à la Mutu, on vient voir l’insolent qui défie le chef de l’État », « on sourit à tant d’audace ». Macron, un « triomphe en trompe-l’œil », insiste cependant La Croix. « Les Français n’ont pas donné une carte blanche au nouveau président », fait remarquer L’Union. Revue de presse.

• En toile de fond, des enjeux profondément européens

Un gouvernement français explicitement pro-UE avec une majorité absolue à l’Assemblée nationale ? La situation hexagonale, et cette nouvelle donne « chamboule-tout », pour reprendre les mots du président du Conseil constitutionnel Laurent Fabius, est surveillée de près à Bruxelles, où l’on espère que l’action du tandem Macron-Philippe donnera une nouvelle impulsion à la construction européenne. Notre analyse.

 

■ NOS ENVOYES SPECIAUX

• En marche !, une majorité absolue toute relative

Avec plus de 350 sièges en comptant ses alliés du Modem, et plus de 300 à lui seul, bien au-dessus des 289 requis, le parti présidentiel domine le nouvel hémicycle, malgré un taux d’abstention inédit d’environ 57 % au deuxième tour. La République en marche, toute jeune formation politique, réussit son pari : profiter du souffle présidentiel pour s’imposer à l’Assemblée dans la foulée. Les six ministres en lice sont élus. Mais il y a quelques bémols. En savoir plus.

• La droite française entend bien garder ses ouailles

Les autres partis sont largement battus au palais Bourbon. Mais certains s’en sortent quand même bien mieux que d’autres. C’est le cas du mouvement Les Républicains, et de ses alliés. La droite et son centre réussissent à conserver près de 130 sièges. C’est un plus bas historique, mais c’est le plus gros bloc de la chambre basse du nouveau Parlement français. Autrement dit la principale force d’opposition. Objectif désormais : rester un groupe uni. Notre article.

• France insoumise savoure son entrée à l’Assemblée

Le parti de Jean-Luc Mélenchon entre à l’Assemblée nationale et pourra même y constituer un groupe parlementaire sans avoir nécessairement besoin des communistes. Cerise sur le gâteau, Jean-Luc Mélenchon est confortablement élu dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, à Marseille (sur fond d’abstention massive là aussi, 64,22 %). Il siègera donc parmi ses troupes. Un retour en force historique de la gauche radicale au Parlement. Lire ici.

• Le FN quadruple sa présence au palais Bourbon

Son vice-président Florian Philippot est battu, mais la première des frontistes obtient enfin un siège de députée à l’Assemblée nationale. Marine Le Pen a été largement élue dans son fief électoral, Hénin-Beaumont. Le Front national s’impose d’ailleurs comme une force politique importante dans les régions paupérisées du nord de la France, et comptera huit députés au total, contre deux dans la précédente Assemblée. Parmi eux, le benjamin. Approfondir.

• La débâcle historique du Parti socialiste de Mitterrand

Avec ses alliés, le PS culmine à une quarantaine d’élus. Seul : une trentaine. Il avait pourtant la majorité absolue. Une bérézina qui a notamment épargné ceux qui s’étaient mis plus ou moins « en marche » ou avaient été épargnés par le président. Et encore, pas tous. Ce sera le cas de Manuel Valls - de justesse -, ou de Stéphane Le Foll. Pas de Myriam El Khomri ou Marisol Touraine, qui subissent le même sort qu’un grand nombre de figures du parti. Cliquer ici.

 

■ POUR APROFONDIR

   → Les résultats communiqués par le ministère de l’Intérieur
   → Tous nos articles sur les élections législatives françaises de 2017

Chronologie et chiffres clés