rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Guyane Présidentielle France 2017 Outre-mer France

Publié le • Modifié le

Présidentielle française: des bureaux de vote clairsemés en Guyane

media
Les électeurs guyanais ont pu glisser leur bulletin dans l'urne dès samedi, comme ici à Remire Montjoly. jody amiet / AFP

L'Hexagone vote ce dimanche 23 avril. Mais pour les Ultra-marins du continent américain, c'est déjà fait. Décalage horaire oblige, le scrutin s'est tenu samedi. C'était le cas en Guyane notamment où l’on ne peut pas dire qu’il y avait foule dans les bureaux de vote, alors qu'un accord a été trouvé vendredi après plus d'un mois de conflit social. A 17h, le taux de participation était de 37,31%.


Avec notre envoyée spéciale à Cayenne,  Alice Pozycki

Pour croiser du monde à Cayenne samedi, mieux valait se rendre au marché plutôt qu’au bureau de vote. Cet habitant est venu faire ses courses au marché sans passer par la case isoloir. « Que vous votiez ou que vous ne votiez pas ils ne vous entendent pas, justifie-t-il. Moi j’ai deux enfants, ils sont obligés d’être dans l’Hexagone pour bosser. Avec tous les diplômes qu’ils ont, il n'y a que dalle ici ! »

Il estime que la Guyane est laissée de côté. La preuve, dit-il, avec l’organisation particulière du scrutin jusqu’en 2012. Avant cette date, la Guyane votait en effet en même temps que l’Hexagone, mais le décalage horaire rendait l’élection absurde. « Lorsque l’élection présidentielle était réalisée, on savait déjà qui était le président de la République, et nous en Guyane, excusez-moi l’expression, comme des cons on était toujours en train de voter ! Vous trouvez ça normal ? »

Joe est commerçant sur le marché de Cayenne. Il s’est mobilisé tout au long du mouvement social qui a frappé la Guyane ces dernières semaines. Au lendemain de la signature de l’accord, il n’est pas allé voter. « Aujourd’hui on n’est pas vraiment préparé, regrette-t-il. Il fallait qu’on nous impose une date pour voter, mais pas en ce moment. On n’est pas prêts. On n’a pas eu les négociations qu’il faut avec certains partis. »

Malgré son choix de s’abstenir, Joe compte suivre les résultats, disponibles ici comme dans tout le reste de la France, dès que tous les bureaux de vote auront fermé.

Chronologie et chiffres clés