rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Terrorisme Présidentielle France 2017

Publié le • Modifié le

Présidentielle française: un premier tour sous haute sécurité

media
Plus de 50 000 policiers seront mobilisés en complément des 7000 militaires Sentinelle, dimanche 23 avril pour assurer la sécurité de l'élection présidentielle. REUTERS/Charles Platiau

La fusillade sur les Champs-Elysées, dans laquelle un policier a été tué, a bouleversé la fin de la campagne présidentielle et ravive la menace terroriste alors que les Français s’apprêtent à voter dimanche 23 avril.


A l’issue du Conseil de Défense réuni ce vendredi matin par François Hollande, le Premier ministre Bernard Cazeneuve l’a répété : « Rien ne doit entraver ce moment démocratique ». Plus de 50 000 policiers et gendarmes appuyés par 7 000 militaires de l’opération Sentinelle seront donc mobilisés dimanche pour assurer la sécurité de l’élection dans les 60 000 lieux de vote.

Le ministre de l’Intérieur Matthias Fekl a cependant précisé qu’aucune force de sécurité armée ne peut apparaître dans les bureaux de vote. « C’est la règle démocratique », a-t-il dit. Il a donc fait passer des consignes aux préfets : chaque président de bureau de vote doit disposer d’un numéro d’appel direct aux forces de sécurité.

Mais l’inquiétude gagne les policiers. Ce vendredi matin, la secrétaire générale du syndicat des commissaires, Céline Berthon, a estimé que les bureaux de vote étant des cibles extrêmement symboliques, la journée de dimanche sera celle de tous les dangers et constituerait un tableau de chasse important pour une organisation terroriste.

Chronologie et chiffres clés