rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Terrorisme Présidentielle France 2017

Publié le • Modifié le

Face à la menace terroriste, l'Uclat protège les candidats à la présidentielle

media
Des policiers français photographiés le 11 octobre 2016. REUTERS/Charles Platiau

Déplacements sur le « terrain », meetings drainant des milliers de personnes : la sécurité des candidats à la présidentielle est un défi pour les forces de l'ordre. Alors que deux hommes ont été arrêtés mardi 18 avril, soupçonnés de vouloir commettre un attentat pour impacter l'élection, dans un contexte de menace jihadiste, l'Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat) veille à la sécurité du personnel politique.


L'arrestation de deux hommes soupçonnés d'avoir préparé un attentat contre un (ou plusieurs) candidat(s) à l'élection présidentielle française a mis en lumière le système de protection des personnalités politiques en France. Créée en 1984, l'Uclat centralise les renseignements émanant de tous les services chargés de la lutte contre le terrorisme.

A ce titre, c'est elle qui évalue la menace pesant sur chacun des candidats à l'élection présidentielle. Elle utilise, pour cela, une échelle allant de 1 à 4, 1 étant le plus élevé 4, le niveau le plus bas. Le Service de la Protection des Personnes qui dépend directement du ministre de l'Intérieur adapte le dispositif de sécurité. Le nombre de policiers et les mesures d'ordre public entourant les candidats sont revus en permanence.

6 policiers pour Fillon, 5 pour Macron

La semaine dernière, après l'interception d'une vidéo montrant un drapeau du groupe Etat islamique, un fusil mitrailleur et une photo de François Fillon, le candidat Les Républicains était ainsi passé en « Uclat 2 ». La photo des deux suspects arrêtés hier avait été transmise à l'équipe de l'ancien Premier ministre, mais également à celles de Marine Le Pen et Emmanuel Macron, respectivement Uclat 3 et Uclat 4.

François Fillon dispose actuellement de 6 policiers pour assurer sa sécurité. Marine Le Pen et Emmanuel Macron, de 5 fonctionnaires, Jean-Luc Mélenchon, 3. Philippe Poutou et Nathalie Arthaud ont refusé toute protection.

Chronologie et chiffres clés