rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le pape quitte Lima après une tournée au Chili et au Pérou
  • France/Prisons: la ministre de la Justice recevra lundi 22 janvier les organisations syndicales (communiqué)
  • Foot: Lyon inflige à Paris sa 2e défaite de la saison en Ligue 1 lors de la 22e journée (2-1, buts de Fekir et Depay contre un but Kurzawa)
  • Mahmoud Abbas va demander à l'UE de reconnaître l'Etat de Palestine (responsable palestinien)
  • CHAN 2018: le Maroc termine en tête du groupe A après son match nul face au Soudan (0-0), qui se classe 2e

France Outre-mer

Publié le • Modifié le

Guyane: quel bilan un mois après le début de la contestation?

media
Routes bloquées par des poids lourds, barrages en tous genres, la Guyane vit au ralenti depuis le début des mouvements sociaux. Jody AMIET/AFP

Après un week-end de trêve en Guyane, le collectif « Pou la gwiyann dékolé » (« Pour que la Guyane décolle ») se réunit ce lundi 17 avril pour décider de la poursuite ou non des barrages. Un mois après le début de la contestation, retour sur ce conflit social inédit en Guyane et qui ne fait désormais plus l'unanimité au sein de la population.


Ségolène Royal n'oubliera pas la scène de sitôt. Il y a tout juste un mois, en pleine conférence internationale de la convention de Carthagène en Guyane, la ministre de l'Environnement est prise à partie par des hommes portant des cagoules noires. Derrière ces cagoules, un collectif, celui des 500 frères. Ils dénoncent l'insécurité qui sévit en Guyane.

Deux jours plus tard, des manifestants installent un premier barrage à l'entrée du centre spatial guyanais de Kourou. Un lieu symbolique, c'est l'unique base de lancement de fusées en Europe.

Très vite, la mobilisation s'élargit, la population dénonce les problèmes de santé, d'éducation, d’économie, de sécurité. Le département tourne au ralenti. Ni les excuses de la ministre des Outremers, ni le plan d'urgence de plus d'un milliard d'euros avancé par le gouvernement ne mettent un terme à la mobilisation.

Trois semaines après le début du conflit, pourtant, l'unanimité n'est plus au rendez-vous. Le Medef, d'abord solidaire du mouvement, prend ses distances. Une partie de la population réclame la levée des barrages et appelle les manifestants à exprimer leur colère dans les urnes plutôt que sur les routes. Le département a l'habitude de bouder les isoloirs. Lors de l'élection présidentielle de 2012, près de la moitié des Guyanais s'était abstenue.

Chronologie et chiffres clés