rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie: vote mardi 24 octobre du Conseil de sécurité sur l'enquête sur les armes chimiques (diplomates)
  • Niger: l'armée américaine poursuivra ses opérations malgré l'embuscade (Pentagone)
  • Accord de l'UE sur une réforme du travail détaché (Commission européenne)
  • Prix Fifa: Cristiano Ronaldo sacré meilleur joueur de football de l'année 2017
  • Prix Fifa: Zinédine Zidane sacré meilleur entraîneur de football de l'année 2017

Guyane France Outre-mer

Publié le • Modifié le

Guyane: les délégués des manifestants occupent le Centre spatial à Kourou

media
Le cortège de manifestants près de Centre spatial de Kourou, le 4 avril 2017. jody amiet / AFP

Faut-il y voir un tournant, un nouveau symbole du durcissement du mouvement social en Guyane ? Les délégués des manifestants ont décidé d'occuper le Centre spatial à Kourou. « Nous ne bougerons pas d'ici. La situation est figée, la Guyane est bloquée. Vous êtes bloqués. Nous voulons les milliards que nous avons demandés », a affirmé Manuel Jean-Baptiste, un membre du collectif « Pou La Gwiyann dékolé », s'adressant au directeur du Centre spatial, d'où décollent les fusées européennes Ariane. 


Avec notre envoyé spécial à Kourou, Pierre Olivier

Beaucoup, beaucoup de monde à Kourou sous une chaleur écrasante aux portes de la base spatiale européenne. Difficile de donner un chiffre, mais en arrivant ce mardi matin, certaines voitures étaient garées sous le bas-côté de la route à plusieurs kilomètres du Centre spatial.

Les manifestants ont ensuite continué le chemin à pied avec des parapluies pour se protéger du soleil. L’ambiance était plutôt bon enfant.

Nous savons que votre voix est très bien écoutée par l'oreille des plus hautes institutions françaises.
Coup de force aux pieds des fusées 05/04/2017 - par Pierre Olivier Écouter

Le cortège s'est arrêté aux grilles qui marquent l’entrée du Centre spatial. Les représentants des collectifs et les élus locaux ont alors demandé à être reçus par le directeur de la base de Kourou.

Pendant près d’une heure, autour d’une table, à l’intérieur du bâtiment technique, les leaders du mouvement ont expliqué à Didier Faivre, le directeur, qu’ils ne laisseraient pas la fusée Ariane décoller tant que Paris ou l’Europe n’auront pas débloqué les fonds qu’ils demandent pour l’avenir de la Guyane. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle cette mobilisation se tient aujourd’hui à Kourou.

Le directeur les a assurés qu’il allait passer immédiatement des coups de fil à Bruxelles et, en attendant une réponse, certains élus ont refusé de quitter la salle de réunion pendant que la foule continuait d’affluer devant les portes très sécurisées du Centre spatial. Certains se disaient même prêts à passer la nuit là en attendant le conseil de ministre de mercredi.

Il faut rester mobilisé pour faire entendre raison à l'Etat français
Témoignage d'une manifestante 05/04/2017 - par Pierre Olivier Écouter

Les délégués des manifestants à l'intérieur du Centre spatial de Kourou lors d'une rencontre avec le directeur Didier Faivre, le 4 avril 2017. jody amiet / AFP

Chronologie et chiffres clés