rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie: un général russe tué lors d'un bombardement du groupe EI près de Deir Ezzor (agences)
  • Sénégal: le nouveau khalife des Tidjanes, Serigne Mbaye Sy Mansour, remplace le khalife Al Amine décédé vendredi
  • Irak/Kurdistan: Bagdad demande aux pays de ne traiter qu'avec lui pour l'achat de pétrole (médias d'Etat)
  • France/Sénatoriales: la majorité de droite confortée lors du scrutin de ce dimanche (Gérard Larcher/président sortant du Sénat)

France Terrorisme

Publié le • Modifié le

Aéroport d'Orly: la piste terroriste semble se confirmer

media
Le terminal d'Orly Sud. REUTERS/Charles Platiau

Le Français de 39 ans abattu samedi par les forces de sécurité à l'aéroport parisien d'Orly-Sud, après avoir attaqué une patrouille militaire, a dit être prêt à tuer et être « là pour mourir par Allah », a déclaré le procureur de Paris François Molins. Une enquête a été ouverte, notamment pour tentative d'homicide et tentative d'assassinat sur personnes dépositaires de l'autorité publique, en relation avec une entreprise terroriste, ainsi que pour association de malfaiteurs terroriste criminelle.
 


L'assaillant avait ses papiers sur lui quand il a été abattu, ce qui a permis aux policiers de l'identifier très rapidement. Il était en outre connu de la justice et des services de renseignement. Connu pour plusieurs vols avec violences et des trafics de drogue.

L'homme était d'ailleurs sous contrôle judiciaire et avait interdiction de quitter le territoire. Il avait fait de la prison à plusieurs reprises et c'est au cours de l'un de ces séjours, en 2011-2012, que l'homme s'était radicalisé. Il n'était toutefois pas fiché S, car une perquisition administrative suite aux attentats de novembre 2015 n'avait rien donné.

En attaquant la militaire à Orly, cet homme a crié « je suis là pour mourir par Allah... Il va y avoir des morts ». Les enquêteurs ont également retrouvé sur lui un coran. Ils ont aussi fouillé son appartement. Ils vont maintenant devoir établir plus précisément quelles étaient ses motivations. Trois membres de sa famille - son père, son frère et son cousin âgé de 35 ans - ont été placés en garde en vue samedi.

La nature des cibles visées et le profil de l'assaillant, surtout connu pour des délits de droit commun mais repéré pour « radicalisation », ont conduit la section antiterroriste du parquet de Paris à se saisir de l'enquête, confiée notamment à la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI).

Chronologie et chiffres clés