rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France FMI Terrorisme Justice

Publié le • Modifié le

Un colis piégé explose au siège français du FMI, blessant une employée

media
Les forces de l'ordre massivement déployées autour du siège parisien du FMI après une explosion, ce jeudi 16 mars 2017. REUTERS/Philippe Wojazer

Un colis piégé a explosé ce jeudi 16 mars 2017 au siège du Fonds monétaire international (FMI) à Paris, blessant une assistante de direction, qui souffre de quelques éclats au visage et d'un blast au tympan. La section antiterroriste du parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une enquête en flagrance. Le Premier ministre a interrompu une visite dans la Somme. Le président Hollande a prononcé le mot « attentat ». La piste anarchiste grecque est privilégiée.
 


Après l'explosion d'un courrier piégé ce jeudi au siège parisien du FMI, la section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête en flagrance, notamment pour tentative d'assassinat et destruction par moyen explosif en relation avec une entreprise terroriste, et association de malfaiteurs terroriste criminelle. Une saisine logique compte tenu du mode opératoire et de la cible, explique à l'Agence France-Presse une source proche de l'enquête.

Un engin artisanal...

Les investigations sont confiées à la sous-direction antiterroriste (Sdat) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI, renseignement intérieur), précise le parquet. « Un colis qui était livré au secrétariat du représentant en France du FMI a explosé au moment où la secrétaire procédait à son ouverture. Il semblerait que ce soit un engin pyrotechnique ou un gros pétard, quelque chose de relativement artisanal. Ce n’est en rien une bombe, notamment », explique à RFI le préfet de police de Paris, Michel Cadot.

« Les dégâts sont assez limités dans le bureau », ajoute le préfet. « On est dans une situation où, semble-t-il, d’après les premiers témoignages - mais il appartiendra à la justice de mettre tout cela au clair -, le colis a été envoyé par la Poste et c’est au moment de son ouverture par le secrétariat qu’il y a eu le déclenchement de cette petite explosion. »

François Hollande prononce le mot « attentat »

M. Hollande a qualifié les faits « d'attentat », et y voit le signe que « nous sommes toujours visés », refusant toute levée de l'état d'urgence avant le 15 juillet prochain. « Nous devons rechercher toutes les causes et trouver les coupables. Nous le ferons avec obstination, persévérance et jusqu'au bout », a promis le président. Il reviendra ensuite à son successeur, au prochain gouvernement et au Parlement, « de dire s'il faut maintenir ou non » l'état d'urgence.

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a écourté sa visite dans la Somme, prenant l'hélicoptère en urgence.

Parfois critiqué pour ses plans de redressements jugés trop sévères ou pour un manque de transparence dans son fonctionnement, le FMI a jusqu’à présent été relativement épargné par les attaques. En 2011, l’organisme chargé de gérer les crises financières dans le monde, a été victime d’une cyber-attaque hautement sophistiquée. Mais cet « acte de violence lâche » à Paris, selon les termes employés par Christine Lagarde, la directrice générale de l’institution, serait une première.

La piste grecque privilégiée

Le groupe anarchiste grec Conspiration des cellules de feu est «vraisemblablement à l'origine» de l'envoi de cette enveloppe piégée, selon une source citée par l'AFP. 

Le ministre adjoint grec de la Protection civile Nikos Toskas a été avisé par les autorités françaises que le colis envoyé au FMI avait été expédié d'Athènes, comme celui envoyé au bureau du ministre allemand Wolfgang Schäuble ministère allemand des Finances.

Selon les autorités allemandes, le colis adressé au bureau du ministre allemand, est « un mélange explosif », dont l'envoi a été revendiqué jeudi matin par la Conspiration des cellules de feu, un groupe anarchiste apparu en 2008 et dont plus d'une dizaine de membres purgent de lourdes peines depuis leur arrestation en 2011. Ce groupe a fait sa réapparition en 2014 en provoquant de petits attentats à l'engin explosif jusque-là sans faire des victimes.

Chronologie et chiffres clés