rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Marine Le Pen France Présidentielle France 2017 Immigration Union européenne Italie

Publié le • Modifié le

Présidentielle française: à Menton, Marine Le Pen fait l'éloge des frontières

media
La présidente du Front national Marine Le Pen, le 13 février 2017 au poste-frontière de Menton. REUTERS/Eric Gaillard

Marine Le Pen, actuellement en tête des intentions de vote pour le premier tour de la présidentielle française, accélère sa campagne sur le thème de l'immigration. Lundi 13 février 2017, la candidate du Front national s'est rendue au poste-frontière de Menton, ville la plus proche de Vintimille en Italie, où passent de nombreux migrants. Au premier tour des dernières régionales, le FN avait récolté 44 % des suffrages à Menton.


Avec notre envoyé spécial à la frontière franco-italienne,  Bruno Faure

Ils sont quelques dizaines à accueillir Marine Le Pen devant les locaux de la police aux frontières, entre la mer Méditerranée et la montagne. « Continuez comme ça, magnifique ! Bravo Marine ! », lance une femme dans l'assistance. Soizig est venue en voisine de Menton. « On ne peut pas accueillir la Terre entière. Je voterai pour elle au mois de mai, c'est évident », confie-t-elle. « La France aux Français, Marine ! », renchérit un homme.

La candidate FN passe une demi-heure dans le bâtiment, et ressort face à une nuée de journalistes. « Voilà ce que c'est qu'une frontière, lance-t-elle. Donc, c'est faisable, il n'y a pas de difficulté particulière. Si vous attirez l'immigration avec toute une série d'aides, d'accès aux soins, au logement gratuit, la frontière a du mal, évidemment, à contenir et à repousser le flux. Mais si vous mettez en même temps une frontière d'un côté et une politique dissuasive de l'autre, alors vous arrivez à maîtriser l'immigration. »

En repartant, Marine Le Pen salue quelques sympathisants locaux et n'entend pas la colère de Jay, lui aussi est de Menton. « Ça fait des années qu'ils viennent ici et qu'on se sert d'eux pour la main-d'œuvre, que tous les immeubles dans lesquels on vit ici, jusqu'à Monaco - les plus riches du monde ! -, sont construits par des immigrants, légaux ou pas. Mais ça, c'est à nous de les légaliser. Ils traversent la Méditerranée sur des planches en bois avec des enfants, et on les laisse dormir sur des rochers », dénonce-t-il.

→ Grand reportage : Menton-Vintimille, la frontière interdite aux migrants

Chronologie et chiffres clés