rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Terrorisme Enseignement

Publié le • Modifié le

La communauté scientifique apporte sa pierre à la lutte contre le terrorisme

media
Alain Fuchs, président du CNRS (c) Cnrs

Le CNRS a lancé l'initiative « attentat recherche ». 600 000 euros seront consacrés aux 57 projets de recherche sélectionnés, qui vont des sciences humaines à la biologie, pour comprendre, prévenir et même répondre concrètement aux menaces terroristes.


Liban, Etats-Unis, Brésil... Les idées ont afflué du monde entier. Près de 200 propositions pour étudier la radicalisation des jeunes, le rôle de l'économie dans le jihad ou les manières de contrer la communication du groupe Etat islamique. Une mobilisation de la communauté scientifique sans précédent, qui souhaiterait que ses travaux aident efficacement les politiques publiques à lutter contre la menace terroriste.

Plus étonnants, quelques projets en sciences dures (biologie, chimie, mathématiques...) seront également financés par ce programme. On trouve par exemple un projet d'ADN olfactif qui permettra de détecter l'odeur corporelle d'un individu recherché, ou encore des idées d'outils informatiques pour repérer des actions suspectes sur de grandes masses de données.

Julien Legros et son équipe travaillent par exemple sur la conception d'une valise portative pour neutraliser des armes chimiques : « au cas où vous seriez obligés d'intervenir sur place, l'explosion, qui libère des gaz chimiques, ce n'est pas possible. Donc on fait une neutralisation : transformer le gaz moutarde en un composé inoffensif avec des temps de réaction très courts, c'est-à-dire qu'on arrive à neutraliser en quelques dizaines de minutes, voire une heure. »

Les premiers résultats de ces recherches sont prévus pour le 18 novembre prochain, soit un an après les attentats de Paris.

Chronologie et chiffres clés