rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Grève durant les fêtes: PCF et LFI dénoncent le «chantage» et le «choix du pourrissement» du gouvernement français
  • Diplomates chinois expulsés: Pékin dénonce une «faute» des États-Unis (ministère)
  • Réforme des retraites: «il ne faut pas politiser Noël», lance Éric Woerth (LR) sur LCI
  • Huile de palme: l'Indonésie porte plainte contre l'Union européenne devant l'OMC, dénonçant une politique «discriminatoire»
  • L'usine Lubrizol de Rouen a partiellement redémarré samedi 14 décembre (direction)
  • Liban: nouveau report des consultations pour désigner un Premier ministre (présidence)
  • Grève en France: plus de 620 km de bouchons en Ile-de-France ce lundi matin
  • Unionistes et républicains reprennent le dialogue ce lundi pour tenter de sortir l'Irlande du Nord du blocage politique
  • Le négociateur américain Stephen Biegun rejette tout ultimatum nord-coréen mais laisse la porte ouverte à de nouvelles négociations
  • Séisme aux Philippines: le bilan est monté à trois morts, à Mindanao, les recherches se poursuivent

Otan Défense États-Unis France Turquie Royaume-Uni Allemagne

Publié le • Modifié le

Alliance atlantique: de multiples différends plombent le sommet de l'Otan

media
Soldats de l'Otan en exercice en Lettonie, le 23 octobre 2018 (image d'illustration). Reuters

Du 3 au 4 décembre, les chefs d’État et de gouvernement de l’Otan se réunissent à Londres pour célébrer le 70e anniversaire de l’Alliance atlantique, là où fut situé son premier siège (avant Paris puis Bruxelles). Les 29 alliés traversent actuellement un moment compliqué de leur histoire, un moment marqué par les tiraillements avec les États-Unis, avec la France, avec la Turquie. Au programme, réception au palais de Buckingham puis dîner à Downing street et ce mercredi, une réunion de trois heures seulement à Watford, vingt kilomètres au nord-ouest de Londres.


Ce sommet de l’Otan, indique notre bureau de Bruxelles, a été « dégradé » au rang de simple réunion des dirigeants et ce n’est pas uniquement une question de vocabulaire : il y a, d’une part, le fait que la durée en est assez réduite et surtout, d’autre part, le fait que les alliés se méfient les uns des autres.

Les Européens craignent que Donald Trump désengage les États-Unis comme il l’a fait en Syrie. Du coup, ils ont fait un geste et augmenté leur contribution au budget de fonctionnement de l’Otan pour réduire la contribution américaine, à l’heure où les États-Unis tapent plus que jamais du poing sur la table afin que les alliés augmentent leur budget de défense.

L'Otan déstabilisée

Parallèlement, les alliés ont été très déstabilisés par la France et les propos - il y a un mois - d’Emmanuel Macron qui jugeait l’Otan en situation de « mort cérébrale ». Le président français va pouvoir juger si son coup de pied dans la fourmilière a provoqué l’électrochoc espéré et il va pouvoir mesurer aussi la température de ses relations avec son homologue turc Reçep Tayyip Erdoğan qui a accusé Emmanuel Macron d’être lui-même en état de mort cérébrale...

La Russie toujours au cœur des débats 70 ans après la création de l'Otan

D'ailleurs, jamais, sans doute, Recep Tayyip Erdogan n’aura à ce point été attendu au tournant par ses partenaires de l’Otan, détaille notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer. Américains, Français, Allemands, Britanniques, pour ne citer qu’eux, voient dans ce sommet l’occasion d’interroger la Turquie sur sa vraie place dans cette Alliance qu’elle a rejointe il y a presque 68 ans.

Accumulation des tensions

Les motifs de tension s’accumulent ces derniers mois. L’offensive d’Ankara contre les forces kurdes dans le nord de la Syrie n’a reçu le soutien d’aucun pays occidental. Au contraire, ils ont été plusieurs à s’inquiéter de ses conséquences sur la lutte contre le groupe Etat islamique. Inquiétudes, toujours, sur les forages turcs dans les eaux chypriotes, ravivées par la signature la semaine dernière d’un accord militaire avec la Libye.

Il sera aussi question, évidemment, de l’achat du système de défense antiaérienne russe S-400, que la Turquie a même déjà commencé à tester. Les puissances occidentales jugent ce système incompatible avec ceux de l’Otan déployés en Turquie.

A toutes ces inquiétudes, Recep Tayyip Erdogan a répondu par l’intransigeance, voire la confrontation, comme l’ont prouvé ses propos très durs contre le président français Emmanuel Macron. Le dirigeant turc sait que son pays est un pilier de l’Alliance atlantique. Mais il sait aussi que la Turquie a besoin de l’Otan, seule véritable garantie de sécurité dans une région minée par les conflits.

Sommet de l’Otan: l'heure des explications?

Chronologie et chiffres clés