rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Réforme des retraites: des responsables de gauche ce lundi en gare de Lyon pour soutenir les grévistes
  • France: Patrick Balkany, hospitalisé, ne sera pas présent à son procès en appel pour fraude fiscale, lundi après-midi
  • Grève durant les fêtes: PCF et LFI dénoncent le «chantage» et le «choix du pourrissement» du gouvernement français
  • Diplomates chinois expulsés: Pékin dénonce une «faute» des États-Unis (ministère)
  • Réforme des retraites: «il ne faut pas politiser Noël», lance Éric Woerth (LR) sur LCI
  • Huile de palme: l'Indonésie porte plainte contre l'Union européenne devant l'OMC, dénonçant une politique «discriminatoire»
  • L'usine Lubrizol de Rouen a partiellement redémarré samedi 14 décembre (direction)
  • Liban: nouveau report des consultations pour désigner un Premier ministre (présidence)
  • Grève en France: plus de 620 km de bouchons en Ile-de-France ce lundi matin

Russie Chine Énergies

Publié le • Modifié le

Inauguration du nouveau gazoduc «Force de Sibérie» reliant Russie et Chine

media
Le président russe Vladimir Poutine, le vice-Premier ministre, Dmitry Kozak (à g.), et le ministre de l'Énergie, Alexander Novak ( à dr.), participant à la cérémonie d’inauguration du gazoduc en visio-conférence, le 2 décembre 2019. REUTERS via Sputnik/Mikhail Klimentyev/Kremlin

En Russie, un gigantesque gazoduc a été inauguré ce lundi 2 décembre : plus de 2000 kilomètres de long, entre la Sibérie et la frontière chinoise. « Force de Sibérie », c’est le nom de ce gazoduc, qui doit permettre à la Russie de livrer du gaz aux Chinois, d’ici trois ans.


Avec notre correspondant à MoscouDaniel Vallot

C’est un chantier colossal et le contrat qui l’accompagne est tout aussi impressionnant : à terme la Russie espère livrer près de 40 milliards de m3 de gaz tous les ans à son voisin chinois, ce qui lui rapporterait la bagatelle de 400 milliards de dollars sur trente ans. Des champs de gaz sibériens au fleuve Amour qui marque la frontière entre les deux pays, 2 000 kilomètres de tuyaux ont déjà été installés.

►À lire aussi : Lancement de la construction du gazoduc russe vers la Chine

Pour l’heure, c’est le tronçon russe qui a été achevé, et il faudra attendre 2023 pour que la Chine puisse en profiter. Le gaz russe pourra être livré jusqu’à la ville de Shanghai. L’objectif pour la Russie est évidemment de gagner un marché très important, mais aussi de diversifier ses débouchés, car, pour l’heure, l’essentiel du gaz russe est vendu à la Turquie et aux pays européens.

« Un événement véritablement historique »

Enfin pour la Russie, ces livraisons de gaz ne sont pas seulement une source de devise, mais aussi bien sûr un instrument diplomatique. Aux yeux de Vladimir Poutine, ce gazoduc incarne ainsi ce « virage à l’Est » que la Russie a été obligé de prendre à la suite des sanctions occidentales.

C'est « un événement véritablement historique, non seulement pour le marché mondial de l'énergie, mais avant tout pour vous et moi, pour la Russie et la Chine », a déclaré Vladimir Poutine lors d'une vidéo-conférence en duplex retransmise à la télévision russe. Ce projet « portera la coopération stratégique russo-chinoise à un tout autre niveau », a-t-il ajouté.

Chronologie et chiffres clés