rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Pologne Internet Réseaux sociaux

Publié le • Modifié le

En Pologne, une application encourage la dénonciation de petits délits

media
En Pologne, Sygnalista permet à ses utilisateurs de dénoncer un petit délit, ou un comportement inacceptable. Sygnalista/Facebook

En Pologne, une application mobile va permettre à ses utilisateurs d’informer les autorités d’un petit délit, ou d’un comportement qu'ils jugent inacceptable. Qu’ils l’observent dans la rue ou depuis chez eux. L’application, baptisée Sygnalista, « rapporteur » ou « lanceur d’alerte » en polonais, pose question


Imaginez que vous marchez dans la rue, dans votre quartier et qu'une voiture est garée illégalement sur une place réservée aux personnes handicapées. Ou bien que votre voisin brûle des pneus dans son vieux poêle pour se chauffer comme cela arrive encore en Pologne. Ou encore que vous voyez un parent violenter un enfant ou un animal, ou que vous assistez à un acte de haine ou un fait de corruption. Au lieu de laisser cet acte impuni, ou d’aller parler au fautif, vous pouvez ouvrir sur votre smartphone l’application Sygnalista, prendre une photo ou une vidéo du délit, indiquer le lieu où vous l’avez observé et l’envoyer aux services compétents, c'est-à-dire à la police municipale ou nationale, aux services de l’environnement ou de la protection des animaux. Au total, vous pouvez signaler un fait à plus de 2 500 services différents. Et tout cela en restant anonyme si vous le souhaitez.

Un air de déjà vu pour certains internautes indignés

Le slogan de l’application est volontairement provocateur : « Fais le bien, dénonce ». Sygnalistaa été lancé il y a seulement cinq jours, le 29 août. Mais on peut déjà lire quelques critiques sur Twitter. Une utilisatrice parle de retour au système de dénonciation de l’époque soviétique : la Pologne a été un pays communiste et, durant 45 ans, la police secrète, la SB, a terrifié la population. Avant cela, le pays a subi l’occupation nazie. Autant dire que la délation est très mal vue depuis le retour à un régime démocratique, en 1989.

Un autre internaute, ironique, demande s’il est possible de dénoncer les membres du gouvernement et le ministre de la Justice, référence au scandale récent qui a fait tomber le numéro deux du ministère. Ce dernier a en effet organisé une campagne de haine contre des juges trop critiques du pouvoir. Pour l’instant, le ministre de la Justice n’est pas inquiété.

Dénonciation vs bonne action

Les concepteurs de l’application disent s’attendre à ce type de critiques. Le studio, EON46, justifie la création de Sygnalista en disant vouloir rendre la vie plus facile et plus sûre. Selon eux, beaucoup de gens ont envie de dénoncer des faits délictueux, mais ne savent pas comment faire, qui aller voir, quels éléments de preuves ils doivent porter avec eux. Et du coup, de nombreux problèmes sociaux, de faits de délinquance ne sont pas dénoncés, sont abandonnés ou jamais résolus.

L'objectif est donc de déculpabiliser les dénonciateurs, transformer le signalement de faits délictueux en une bonne action citoyenne et facile à faire. Enfin, les concepteurs insistent sur le fait que sur cette application Sygnalista, on peut aussi valoriser des événements, des actions positives, soutenir des associations par exemple. Reste à savoir si, dans les faits, l’application servira davantage à soutenir qu’à dénoncer ses voisins.

Chronologie et chiffres clés