rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Israël: les partis arabes soutiennent Gantz pour le poste de Premier ministre

Royaume-Uni Boris Johnson Brexit

Publié le • Modifié le

Royaume-Uni: les députés demandent à Boris Johnson de rappeler le Parlement

media
Une centaine de députés britanniques ont signé une lettre dans laquelle ils demandent au Premier ministre Boris Johnson de rappeler le Parlement pour travailler sur le Brexit sans interruption jusqu'au 31 octobre. Reuters Tv/ REUTERS

Au Royaume-Uni, Boris Johnson continue de faire des vagues. Plus d’une centaine de députés britanniques ont écrit ce dimanche 18 août au Premier ministre pour lui demander de rappeler le Parlement, en césure d’été, alors que le pays fait face à « une urgence nationale » au sujet du Brexit.


Avec notre correspondante à Londres, Marina Daras

Dans leur lettre, les députés affirment que le Parlement doit être rappelé dès maintenant et doit siéger sans interruption jusqu'au 31 octobre afin que les représentants directs du peuple puissent être entendus. 113 députés dont les représentants des partis de l'opposition l'ont signé, sauf Jeremy Corbyn.

L'opposition prend forme

Le leader du parti travailliste britannique n'a toujours pas déclaré clairement sa position personnelle sur le Brexit. Il se concentre sur le vote de défiance qu’il entend proposer à la Chambre des Communes dès la reprise parlementaire.

La signature de cette lettre par la centaine de députés prouve qu’une vraie opposition est en train de se former pour empêcher Boris Johnson et son gouvernement de faire sortir le Royaume-Uni de l’Union européenne (UE) sans accord le 31 octobre prochain.

D’autant plus que quelques conservateurs rebelles ont signé cette lettre, comme l’ancien procureur général Dominic Grieve et le député gallois Guto Bebb.

« Au bord d'une crise économique »

« Notre pays est au bord d'une crise économique », soutiennent les députés britanniques. « Nous nous dirigeons vers un Brexit sans accord qui aura un effet immédiat sur l’approvisionnement en nourriture et médicaments, endommagera notre économie, les emplois, les finances publiques, les services publics, les universités et la sécurité économique à long terme  », ont-ils fait savoir.

Le Parlement a déjà rouvert en plein été dans le passé, notamment lors de la crise de Suez en 1956, de l'invasion des îles Malouines en 1982 ainsi que lors des émeutes de 2011.

Chronologie et chiffres clés