rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Près de 6000 agressions sexuelles signalées à Uber aux Etats-Unis en 2017-2018 (officiel)

Italie Matteo Salvini Giuseppe Conte

Publié le • Modifié le

Italie: report de l’examen de la motion de défiance, un revers pour Salvini

media
Le vice-Premier ministre italien et chef du parti de la Ligue, Matteo Salvini, à la chambre haute alors que le Sénat se réunit pour fixer la date d'une motion de censure au gouvernement, à Rome, le 13 août 2019. REUTERS/Remo Casilli

Giuseppe Conte aura le temps de limer son discours devant le Sénat. Matteo Salvini a été battu au Sénat réuni pour décider de la date de l’examen de la motion de censure déposée par la Ligue, contre le président du Conseil Giuseppe Conte. Il demandait un vote dès le 14 août, le Mouvement 5 étoiles voulait attendre le 20 août, la date choisie par Giuseppe Conte pour ses déclarations devant le Sénat. Le M5S a remporté cette manche avec le soutien d’élus du Parti démocrate.


Avec notre correspondante à Rome,  Anne Le NIr

Hurlements de tous les côtés des bancs et rappels à l’ordre de la présidente du Sénat qui agitait en vain sa petite cloche. Tout cela s’est déroulé durant les déclarations du sénateur Salvini qui réclamait le vote de sa motion de censure dès ce 14 août et qui contre toute attente a offert à ses ex-alliés du Mouvement 5 étoiles son soutien pour adopter, avant un retour aux urnes, le projet de loi sur la réduction du nombre de parlementaires très cher au M5S.

Finalement, soutenu par des élus du Parti démocrate, dont Matteo Renzi qui prône un gouvernement centre-gauche -5  étoiles, pour contrer Salvini et ses alliés d’extrême droite, le Mouvement, dirigé par Luigi Di Maio, a obtenu gain de cause.

Le vote de la motion de censure a été fixé au 20 août. Mais, au stade actuel, rien ne permet d’affirmer qu’une nouvelle majorité politique pourrait être formée pour éviter des législatives anticipées.

►À lire aussi : Fin de la coalition gouvernementale en Italie: « Le vers était dans le fruit depuis le début »