rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Norvège Religion Terrorisme Justice

Publié le • Modifié le

Norvège: enquête ouverte sur une «tentative terroriste» contre des musulmans

media
Le centre islamique al-Noor, à Baerum en banlieue d'Oslo, après l'attaque du 10 août. Terje Pedersen / NTB Scanpix / AFP

L'affaire sera traitée comme une « tentative d'attaque terroriste ». Samedi 10 août, une fusillade dans le centre islamique al-Noor, à Baerum en banlieue résidentielle d'Oslo, a fait un blessé léger. « La cartographie que nous avons dressée montre que l'auteur de l'attaque avait des vues d'extrême droite », a déclaré un responsable de la police d'Oslo, Rune Skjold. Ajoutant que le cadavre retrouvé au domicile de l'auteur de la fusillade était celui de sa demi-soeur de 17 ans.


Entendu dans la nuit du dimanche 11 août par les enquêteurs, le suspect d'une attaque survenue la veille en banlieue de la capitale de Norvège a refusé de s'expliquer, selon la police. Il s'agit d'un Norvégien d'une vingtaine d'années, qui « avait des positions xénophobes » et « voulait semer la terreur », a néanmoins expliqué la police en conférence de presse au lendemain des faits.

Muni de plusieurs armes, le suspect a fait irruption à la mosquée samedi, alors que trois fidèles s'y trouvaient. Après avoir ouvert le feu, il aurait ensuite été maîtrisé par un individu et remis aux forces de l'ordre. La police norvégienne a découvert le cadavre d'une jeune femme à leur domicile commun.

La police, qui présentait au départ le cadavre comme celui d'une proche parente, a confirmé qu'il s'agissait de sa demi-soeur, fille de sa belle-mère.

Selon les autorités, il se pourrait que le suspect ait posté sur un forum en ligne, peu avant l'attaque, un message dans lequel il évoquerait une « guerre des races » et rendrait hommage à l'auteur de l'attaque contre deux mosquées commise en mars en Nouvelle-Zélande. Cinquante-et-une personnes avaient perdu la vie. Pour l'heure, le message et l'identité de son auteur n'ont pas pu être pleinement authentifiés.

► À lire aussi : En Nouvelle-Zélande, l'auteur des attaques de Christchurch plaide non coupable

Pour mémoire, l'auteur de la tuerie de Christchurch avait déclaré dans un manifeste être influencé par des idéologues d'extrême droite, dont le meurtrier néo-nazi norvégien Anders Breivik. Celui-ci avait tué 77 personnes le 22 juillet 2011.