rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Vatican France Diplomatie Environnement Religion

Publié le • Modifié le

Élisabeth Beton-Delègue, première femme ambassadrice de France au Vatican

media
Élisabeth Beton-Delègue le 16 novembre 2015 à Port-au-Prince lorsqu'elle était ambassadrice à Haïti. AFP PHOTO/HECTOR RETAMAL

Au Vatican, la nouvelle ambassadrice de France auprès du Saint-Siège a présenté ce vendredi ses lettres de créance au pape François. Son poste était vacant depuis neuf mois. Élisabeth Beton-Delègue est la première femme que Paris nomme à ce poste.


Avec notre correspondant au Vatican, Éric Sénanque

Arrivée au mois d’avril à Rome, Élisabeth Beton-Delègue rencontrait pour la première fois le souverain pontife ce vendredi. Une mantille noire sur la tête, comme le veut le protocole, la diplomate s’est également entretenue avec le cardinal et secrétaire d’État Pietro Parolin.

Priorité sur l’écologie pour Beton-Delègue

Pour cette spécialiste de l’Amérique latine, âgée de 64 ans et qui fut notamment ambassadrice au Chili, au Mexique ou en Haïti, Rome est une destination nouvelle. Elle a confié retrouver une approche similaire entre la France et le Saint-Siège sur la question du multilatéralisme, aujourd’hui menacé. Parmi ses priorités affichées, l’écologie, thème sur lequel le Saint-Siège porte également une parole forte.

La diplomate n’a d’ailleurs pas caché son intérêt pour le prochain synode qui sera organisé au Vatican sur l’Amazonie. Élisabeth Beton-Delègue souhaite par ailleurs travailler sur la place de la femme, une thématique mise en avant par le pape François dans une Église encore très masculine et où les responsabilités ont du mal à être partagées.

Première femme nommée par Paris à la Villa Bonaparte, Élisabeth Beton-Delègue vient agrandir un réseau de douze autres femmes représentant déjà leur pays auprès du Saint-Siège, parmi lesquelles les États-Unis et la Grande-Bretagne. Le poste d’ambassadeur se « féminise » peu à peu au Vatican et celles-ci se retrouvent régulièrement entre elles pour des rencontres. Elles ont créé un vrai réseau qui travaille notamment sur des sujets comme la lutte contre la traite humaine ou la promotion de l’écologie, organisant régulièrement des conférences/congrès dans leurs ambassades respectives.

►À lire aussi : La transparence financière se renforce au Vatican

Chronologie et chiffres clés