rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Israël bloque 138 millions de dollars pour les Palestiniens à cause de fonds versés aux prisonniers (officiel)
  • Le Premier ministre polonais annule une visite en Israël pour le sommet du groupe de Visegrad (gouvernement)
  • Ukraine: l'Union européenne sanctionne huit Russes pour les incidents en mer d'Azov de novembre 2018 (sources européennes à l'AFP)
  • «Informer est devenu une mission quasi impossible» en Libye, déplore Reporters sans frontières (RSF)

Royaume-Uni Brexit Theresa May Union européenne

Publié le • Modifié le

Brexit: Theresa May demande encore du temps aux députés britanniques

media
Theresa May devant le Parlement britannique (ici le 29 janvier 2019). UK Parliament/Mark Duffy/Handout via REUTERS

La Première ministre britannique Theresa May s’est adressée ce mardi 12 février à la Chambre des communes pour demander aux députés un nouveau délai avant le vote au Parlement sur le Brexit.


Avec notre correspondante à Londres, Marina Daras

Les négociations sur le Brexit ressemblent à s’y méprendre à une pièce de Samuel Beckett. A seulement 45 jours du Brexit, la Première ministre britannique Theresa May a demandé aux députés de garder leur sang-froid et de lui donner 15 jours supplémentaires pour obtenir les changements qu’ils lui ont réclamés.

« En plus d'indiquer clairement ce qui devait être changé dans l'accord de retrait, la Chambre des communes a également réaffirmé qu’elle ne voulait pas quitter l'UE sans accord négocié. Le gouvernement est tout à fait d'accord avec cela, mais s'opposer à une sortie sans accord ne suffit pas, a affirmé la chef du gouvernement. Il faut maintenant trouver un accord sur lequel nous pouvons nous entendre et c'est ce que j'essaie de réaliser. »

Le gouvernement présentera jeudi 14 février une motion amendable, mais un vote sur l’accord final ne sera organisé que lorsqu’un accord sera finalisé. Theresa May a tout de même ajouté que si aucun autre accord n’était trouvé d'ici le 26 février, une nouvelle proposition modifiable sera déposée ce jour-là et présentée au vote le jour suivant.

Du côté de l’opposition, le parti travailliste accuse la Première ministre de toujours trouver de nouvelles excuses pour ralentir et repousser le vote afin de forcer les députés à soutenir son accord par manque de temps et surtout par peur d’une sortie sans accord.

A Westminster comme à Bruxelles, beaucoup pensent qu’une extension de l’article 50 (qui régit la sortie d'un Etat membre) sera finalement inéluctable, puisqu’il ne reste que 27 jours ouvrés au Parlement pour voter un accord final.

Chronologie et chiffres clés