rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Royaume-Uni Brexit Suisse Commerce et Echanges

Publié le • Modifié le

Le Royaume-Uni et la Suisse signent un accord commercial post-Brexit

media
Le ministre britannique du Commerce extérieur Liam Fox (g) et le ministre suisse de l'Economie Guy Parmelin, ce lundi 11 février 2019 à Berne. REUTERS/Arnd Wiegmann

Le Royaume-Uni a signé lundi  un accord commercial avec la Suisse pour remplacer les traités européens en place. Les échanges commerciaux entre le Royaume-Uni et la Suisse s'élèvent à environ 32 milliards de livres sterling par an, et 15 000 exportateurs britanniques font du commerce avec ce pays. Mais le ministre du Commerce international, Liam Fox, a admis qu’il ne pourrait pas remplacer tous les traités à temps avant le Brexit.


Avec notre correspondante à Londres,  Marina Daras

Cet accord commercial avec la Suisse est considéré comme l'accord le plus important depuis l’annonce du Brexit.

L'accord évitera, par exemple, d'ajouter environ 8 millions d’euros de droits de douane au prix des voitures exportées du Royaume-Uni vers la Suisse, tandis que les consommateurs britanniques bénéficieront des prix plus avantageux pour les produits suisses, « tels que les horloges, les montres et les produits pharmaceutiques ».

Une bonne nouvelle pour le gouvernement qui peine à renégocier la quarantaine de traités européens dont il bénéficie actuellement. Ces accords représentent près de 12% du commerce total du Royaume-Uni et couvrent 71 pays. Mais seulement 4 d’entre eux, dont la Suisse, ont accepté de signer un nouvel accord de continuité commercial avec le Royaume-Uni.

Liam Fox a donc annoncé lundi qu’il allait devoir prioriser les accords les plus fructueux, car tous ne pouvaient pas être finalisés à temps. Mais à seulement 45 jours du Brexit, le gouvernement britannique n’a toujours pas avancé dans la négociation d'accords avec ses plus grands partenaires commerciaux comme le Japon, la Corée du Sud et le Canada, ce qui pourrait lui coûter très cher en cas de sortie de l’UE sans accord négocié.

Chronologie et chiffres clés