rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Israël bloque 138 millions de dollars pour les Palestiniens à cause de fonds versés aux prisonniers (officiel)
  • Le Premier ministre polonais annule une visite en Israël pour le sommet du groupe de Visegrad (gouvernement)
  • Ukraine: l'Union européenne sanctionne huit Russes pour les incidents en mer d'Azov de novembre 2018 (sources européennes à l'AFP)

Hongrie Viktor Orban

Publié le • Modifié le

Elections européennes: Orban se pose en défenseur des «chrétiens»

media
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a prononcé son discours annuel sur l'état de la nation devant le Parlement, dimanche 10 février. REUTERS/Bernadett Szabo

A trois mois des élections européennes, Viktor Orban a prononcé ce dimanche son discours annuel sur l'état de la nation, devant le Parlement à Budapest. Un discours offensif dans lequel le Premier ministre hongrois a placé sa campagne pour les européennes de mai sous le signe de la défense des « nations chrétiennes » contre l'immigration, qu'il a associée à la violence.


Avec notre correspondant à BudapestGuillaume Carré

Ce discours qui est prononcé tous les ans avant la rentrée parlementaire hongroise doit aussi être vu comme le lancement, pour Viktor Orban, de la campagne pour les élections européennes.

Comme souvent, le Premier ministre hongrois a utilisé une rhétorique assez anxiogène. Après avoir longuement présenté les indéniables réussites économiques du pays sous son gouvernement, Viktor Orban est revenu à son obsession, le milliardaire d’origine juive hongroise, Georges Soros, sa bête noire, et l’immigration.

Selon Orban, l’enjeu de cette élection européenne n’est rien de moins que la survie de la civilisation chrétienne contre Bruxelles qui aurait selon lui tout un plan pour attirer en Europe des millions d’immigrés créant ainsi des sociétés multiculturelles, menant selon lui à la fin de la civilisation chrétienne.

Contre cette menace, Viktor Orban a énuméré face à une salle acquise à sa cause une série de mesures natalistes extrêmement ambitieuses.