rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Russie Vladimir Poutine États-Unis Défense

Publié le • Modifié le

Russie: Poutine salue la réussite du tir d'un nouveau missile hypersonique

media
Vladimir Poutine (gauche) avec le chef d'état-major des forces armées russes Valery Gerasimov, dans un bâtiment du ministère de la Défense à Moscou, le 26 décembre 2018. Sputnik/Mikhail Klimentyev/Kremlin

Le président russe Vladimir Poutine s'est félicité mercredi 26 décembre de l'essai réussi d'un nouveau missile hypersonique, saluant l'arrivée d'une « nouvelle arme stratégique » dans l'arsenal de la Russie.


Vladimir Poutine a supervisé, mercredi 26 décembre, le tir réussi d’un nouveau système de missile hypersonique. Parti du sud de la Russie, l'engin, baptisé « Avangard », a selon le Kremlin atteint sa cible à 4 000 kilomètres de là, dans la péninsule du Kamtchatka (Extrême-Orient).

« La Russie a une nouvelle arme stratégique », a-t-il déclaré au cours d'une réunion gouvernementale à Moscou, saluant un événement « important » pour les forces armées russes.

En mars, le chef d'Etat avait dévoilé avec fierté une nouvelle génération d'armes russes, évoquant des « missiles invincibles ». Il avait notamment parlé d'engins hypersoniques capables d'atteindre 20 fois la vitesse du son et de briser les systèmes de défense antiaériens.

Selon Cyrille Bret, professeur de relations internationales à Sciences Po Paris, cette nouvelle arme est « la manifestation de la modernisation des forces armées russes ». Moscou dispose selon l'universitaire « d'un instrument de dissuasion mondial ».

Cyrille Bret, professeur de relations internationales à Sciences Po Paris 27/12/2018 - par Anissa El Jabri Écouter

Réponse à un éventuel retrait américain du traité nucléaire INF

Cette annonce du Kremlin intervient aprèsl'annonce en octobre par le président américain Donald Trump de son intention de retirer les Etats-Unis du traité INF interdisant la mise au point d'armes nucléaires de portée intermédiaire (de 500 à 5 500 km).

Vladimir Poutine avait pour sa part prévenu qu'en cas de retrait américain, la Russie reprendrait la fabrication d'armements interdits par ce traité conclu en 1987 entre l'URSS et Washington.

Chronologie et chiffres clés