rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Royaume-Uni Brexit

Publié le • Modifié le

Royaume-Uni: Jo Johnson, frère de Boris, démissionne du gouvernement May

media
Le secrétaire d'Etat aux Transports démissionnaire Jo Johnson devant le 10 Downing Street à Londres, résidence du Premier ministre (archive). REUTERS/Peter Nicholls/File Photo

Le secrétaire d’Etat britannique aux Transports Jo Johnson a annoncé sa démission ce vendredi, dénonçant les « délirantes » négociations sur le Brexit menées par la Première ministre Theresa May. Le député qui est le frère de l’ex-ministre des Affaires étrangères Boris Johnson appelle à un second référendum.


Avec notre correspondante à LondresMuriel Delcroix

Dans une vidéo postée sur Twitter, Jo Johnson estime que le Royaume-Uni « est en train de foncer vers un Brexit incohérent qui va laisser le pays piégé dans une relation de subordonné face à l’UE ». Pour lui, « le pays est au bord de sa plus grande crise depuis la Seconde Guerre mondiale ».

Le député, qui avait voté pour rester au sein du bloc européen lors du référendum de juin 2016 ajoute qu’il votera contre l’accord de retrait que Theresa May espère présenter au Parlement britannique et qu’il qualifie de « terrible erreur ». Et Jo Johnson de conclure que face à la réalité du Brexit qui s’avère très éloignée de ce qui avait été promis, il est impératif de donner le dernier mot aux électeurs lors d’un second référendum.

Son frère Boris Johnson, à l’inverse champion du Brexit, n’a pas tardé à réagir, écrivant que malgré leurs divergences de vues, ils étaient « unis dans la consternation » face à la façon dont Theresa May gère les négociations.

Jo Johnson ne fait pas partie du cabinet, il n’est pas le premier secrétaire d’Etat ni le plus connu à démissionner à cause du Brexit, mais son départ en fanfare au moment où Theresa May a toutes les peines à concocter un accord final tombe très mal et pourrait pousser d’autres membres du gouvernement à se rebeller également.

Chronologie et chiffres clés