rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Union européenne

Publié le • Modifié le

Union européenne: des ONG dénoncent une marchandisation de la citoyenneté

media
Transparency International et Global Witness ont comptabilisé au moins 6000 passeports et 100000 permis de séjour accordés à des investisseurs fortunés par des pays de l'Union européenne. GettyImages/serts

Dans un rapport, Transparency International et Global Witness affirment que des pays européens ont accordé des milliers de passeports et titres de séjours à de riches investisseurs.


Des pays de l'Union européenne vendent leurs passeports. D'autres accordent des permis de résidence à de riches investisseurs. C'est ce que pointe un rapport rédigé par deux ONG, Transparency International et Global Witness, qui ont comptabilisé au moins 6 000 passeports et 100 000 permis de séjour ainsi accordés dans l'Union européenne au cours des 10 dernières années. Une marchandisation de la citoyenneté ou du droit de résidence que dénoncent les deux organisations qui soulignent les risques que cette pratique entraîne.

Selon elles, un passeport chypriote peut coûter 2 millions d'euros. L'Autriche, la Bulgarie et Malte vendent également leurs passeports à ceux qui en ont les moyens, et 12 pays de l'Union européenne, dont la France, accordent parfois un droit de résidence à des investisseurs fortunés.

Porte d'entrée dorée pour le Vieux continent

Il existe donc une porte d'entrée dorée en Europe. « La plupart des programmes européens ont été mis en place après la crise financière, explique Laure Brillaud, chargée de plaidoyer pour l'ONG Transparency International. C'était une manne financière, une solution rapide pour les pays qui avaient souffert de la crise. Le problème c'est que l'appât du gain a eu tendance à aveugler certains Etats membres peu regardants des risques encourus pour l'Europe dans son ensemble. »

« Des corrompus et des criminels peuvent facilement trouver refuge en Europe » de cette façon, expliquent les deux ONG signataires du rapport, décrivant un « monde trouble » dans lequel passeports et visas s'achètent comme des produits de luxe. « Des contrôles qui sont effectués sur l'identité des postulants sont insuffisants : un manque de transparence, des problèmes de conflits d'intérêts, des intermédiaires aux rôles peu clairs... » déplore Laure Brillaud.

Et c'est ainsi que des personnes visées par des sanctions internationales ou impliquées dans des affaires de corruption dans leur pays d'origine peuvent s'installer dans l'Union européenne.