rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Brexit Union européenne Royaume-Uni Theresa May

Publié le • Modifié le

Brexit: l'Union européenne souffle le chaud et le froid sur un potentiel accord

media
Le négociateur en chef de l'Union européenne pour le Brexit, Michel Barnier, lors d'une réunion hebdomadaire à la Commission européenne à Bruxelles, le 10 octobre 2018. REUTERS/Yves Herman

Alors que les responsables européens et britanniques se préparent à un éventuel Brexit sans accord, Michel Barnier a affiché son optimisme ce mercredi 10 octobre.


Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

Le négociateur en chef de l'Union européenne a présenté à la Commission européenne ce mercredi 10 octobre l'état d'avancement des négociations avec le Royaume-Uni. Il ressort de cette rencontre que l'optimisme n'est pas particulièrement de mise et les responsables des services administratifs européens se voient conseiller d'être prêts pour l'éventualité d'un Brexit sans accord, même si Michel Barnier affirme qu'un accord est toujours à portée de main.

Michel Barnier répète que le Brexit n'est pas un choix fait par les Européens, mais bien par les Britanniques. Loin d'enfoncer des portes ouvertes, cette petite phrase ressortit plutôt de la volonté de mettre le Royaume-Uni devant ses responsabilités, alors qu'il reste de moins en moins de temps pour mener à bien les négociations.

« Un accord à portée de main »

Michel Barnier espère des progrès décisifs rapidement, avant le sommet européen qui se tient à Bruxelles les 18 et 19 octobre, pour laisser ensuite le temps parlementaire nécessaire pour les ratifications avant la sortie officielle du Royaume-Uni le 29 mars.

« Cette négociation se poursuit intensivement cette semaine jours et nuits dans l'objectif qui a été fixé par les 27 dirigeants européens et du Parlement, qu'un accord soit à portée de main si nous allons au bout de cette négociation le 17 octobre, à l'occasion de la réunion du Conseil européen », a affirmé le négociateur en chef de l'Union européenne pour le Brexit.

De son côté, la Commission prévient malgré tout ses services d'avoir à se préparer à tous les résultats possibles, c'est-à-dire bien sûr aussi à une absence d'accord. Ce message interne peut évidemment être lu comme une façon de tenter d'effrayer le gouvernement britannique, mais il reste que la Commission européenne veut tout de même se préparer à un Brexit abrupt avec une rupture du jour au lendemain des liens avec le Royaume-Uni.

Chronologie et chiffres clés