rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Slovaquie criminalité médias

Publié le • Modifié le

Slovaquie: un millionnaire soupçonné d'avoir commandité le meurtre de Jan Kuciak

media
Un journaliste allume une bougie en hommage à son confrère Jan Kuciak, assassiné pour avoir fait son travail. REUTERS/Radovan Stoklasa

D'après des informations révélées dans la presse slovaque, le commanditaire de l'assassinat du journaliste Jan Kuciak et de sa fiancée en février dernier serait un homme d'affaires très controversé.


Avec notre correspondant à Prague, Alexis Rosenzweig

Qui est derrière l'assassinat de Jan Kuciak et de sa fiancée : la mafia italienne ou mafia locale ? Une semaine après l'arrestation de quatre suspects dont les rôles semblent désormais bien établis par le procureur, les enquêteurs n'ont pas encore tranché. D'après une source policière citée par le quotidien Dennik, l'un de ces suspects affirme que l'homme à l'origine du double homicide est le millionnaire Marian Kocner.

Actuellement en prison dans le cadre d'une autre affaire, cet entrepreneur de 55 ans est loin d'être inconnu en Slovaquie. Le nom de Kocner figurait sur des listes de mafieux établies par la police et publiées dans la presse en 2005. Dans une résidence de luxe de Bratislava, il a été le voisin de l'ancien Premier ministre Robert Fico, contraint de démissionner suite à l'assassinat de Jan Kuciak mais qui reste l'homme fort du pays. Six mois avant les faits, Marian Kocner menaçait par téléphone le journaliste, auteur de plusieurs articles sur ses montages financiers.

La justice slovaque n'a cependant pas encore écarté la piste de la mafia italienne. Les activités de la Ndrangheta – la mafia calabraise – et ses liens avec le gouvernement Fico étaient l'objet du dernier article de Jan Kuciak, publié après sa mort.

Son assassinat par un ancien policier, Tomas S., a coûté 70 000 euros à son commanditaire, selon les informations fournies par le parquet slovaque. Cette somme a été versée par une traductrice-interprète, Alena Z., qui selon les médias locaux a travaillé pour Marian Kocner, le parrain de sa fille.

Chronologie et chiffres clés