rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Brexit Royaume-Uni Santé et Médecine

Publié le • Modifié le

Le secteur de la santé craint une pénurie de médicaments en cas de Brexit dur

media
Dans la perspective d'un Brexit sans accord, le gouvernement a demandé aux entreprises pharmaceutiques de faire des stocks de médicaments. CC0 Pixabay/stevepb

Le 29 mars prochain, le Brexit prendra effet officiellement. Le compte à rebours avance, mais les négociations patinent et à six mois de l'échéance, une sortie sans accord apparaît dangereusement possible. Une perspective catastrophique pour des centaines de secteurs et notamment celui de la santé, qui craint une pénurie de médicaments.


Avec notre correspondante à Londres, Sophie Miller

Wendy est diabétique de type 2. Comme 3,7 millions de Britanniques, elle a besoin d'insuline tous les jours, mais ses médicaments, qui viennent du Danemark et des Pays-Bas, risquent d'être bloqués aux frontières en cas de Brexit sans accord. Le gouvernement a demandé aux entreprises pharmaceutiques de faire des stocks pour éviter ce scénario, mais Wendy n'est pas rassurée.

« Tellement d'incertitude »

« Sans insuline, je risque des complications très graves, des problèmes de cœur, de reins, de vue. Je suis photographe, je ne veux pas devenir aveugle ! C'est terrifiant. Il y a tellement d'incertitude... Ils ont conseillé six semaines de stocks, mais s'il n'y a pas accord personne ne sait combien de temps ça peut durer ! »

Certains groupes pharmaceutiques auraient stocké pour quatorze semaines. Mais au Royaume-Uni, des professionnels de santé s'inquiètent d'un effet pervers. Ce stockage pourrait inciter les particuliers et les hôpitaux à faire leurs propres réserves de médicaments, et créer de fait une pénurie.

« Gros choc »

Sachant que certains médicaments ne peuvent pas être conservés, comme les isotopes utilisés dans le diagnostic et le traitement du cancer. « Leur durée de péremption fait qu'ils doivent être transportés très rapidement au Royaume-Uni pour être utilisés au plus vite, explique Mike Galsworthy fondateur du groupe des scientifiques pro-européens. Et s'il y a le moindre délai, alors leur efficacité diminue... Le Brexit pourrait causer un gros choc, l'accès au scanner pourrait être perturbé. »

Ce sont 37 millions de lots de médicaments qui sont importés chaque année au Royaume-Uni.

Chronologie et chiffres clés