rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Ukraine Russie Défense

Publié le • Modifié le

Petro Porochenko met fin au traité d’amitié entre l’Ukraine et la Russie

media
Le président ukrainien Petro Porochenko lors de son discours annuel devant le Parlement, 20 septembre 2018. Reuters

En Ukraine, quatre ans après l'annexion de la Crimée, le conflit dans l'est du pays continue de faire des morts. Mercredi 19 septembre, le président Petro Porochenko a signé un décret qui rompt un traité d'amitié et de coopération avec la Fédération de Russie. C'est un peu tard, soulignent ses critiques. Mais c'est une tendance: le chef de l'Etat multiplie les gestes de rupture avec Moscou, par exemple aujourd'hui lors de son adresse annuelle au Parlement.


De notre correspondant à LlvivSébastien Gobert

Si Petro Porochenko a déchiré ce traité d'amitié le 19 septembre, c'est pour une raison simple: il est en campagne pour sa réélection. Il avait entamé des négociations de paix en 2015 avec Vladimir Poutine: elles sont au point mort, et il fait donc le pari de devenir un président historique, celui qui rompt tout lien avec l'ancienne puissance impériale.

Pour cela, il renforce le poids de la langue ukrainienne, se prépare à un conflit de paroisses avec le patriarcat chrétien orthodoxe de Moscou, entend interrompre la ligne ferroviaire directe entre Kiev et Moscou. Il pousse aussi pour qu'une réforme de la Constitution interdise à tout jamais une coopération militaire avec la Russie.

Petro Porochenko discrédite ses opposants politiques en faveur d'un compromis avec le Kremlin. Pour lui, seule une mission internationale de maintien de la paix dans l'est peut poser les bases d'un règlement du conflit.

En attendant, Petro Porochenko entend renforcer l'armée, la langue, et la religion, et par là-même l'indépendance de l'Etat vis-à-vis de la Russie. Un Etat indépendant qui, reconnaissant, lui accorderait un second mandat.

Chronologie et chiffres clés