rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le prix Goncourt des lycéens est décerné à David Diop pour «Frère d'âme» paru au Seuil
  • Affaire Khashoggi: le parquet saoudien requiert la peine de mort pour cinq personnes accusées d'avoir drogué et démembré le journaliste
  • Suella Braverman, secrétaire d'Etat chargé du Brexit, est la quatrième personne à démissionner au sein du gouvernement britannique
  • Brexit: Esther McVey, la ministre du travail, est la troisième personne à démissionner au sein du gouvernement britannique
  • Justice internationale: les arrestations de l'opposant Navalny visaient à «étouffer le pluralisme politique» en Russie (CEDH)
  • Accord sur le Brexit: démission du ministre britannique en charge du dossier, Dominic Raab
  • Accord sur le Brexit: c'est «une bonne nouvelle pour l'économie française» (Le Maire)
  • Electricité: fermeture possible des centrales à charbon françaises après 2020 (gestionnaire)
  • Accord sur le Brexit: Shailesh Vara, secrétaire d'Etat britannique pour l'Irlande du Nord annonce sa démission

Hongrie Union européenne ONG Droits de l’homme

Publié le • Modifié le

Hongrie: sous pression, les ONG ont les yeux tournés vers l'UE

media
Viktor Orban, ici devant le parlement hongrois, doit s'exprimer devant le parlement européen, mardi 11 septembre 2018. REUTERS/Bernadett Szabo

Les eurodéputés accueillent Viktor Orban mardi 11 septembre et se prononcent le lendemain sur une résolution demandant au Conseil de « constater l'existence d'un risque clair de violation grave par la Hongrie des valeurs sur lesquelles l'UE est fondée » dans le cadre de l'article 7 du traité sur l'UE.


Depuis l’été 2018, l’aide aux migrants est criminalisée en Hongrie. Toute personne qui fournit une aide ou des informations à un demandeur d’asile peut se retrouver derrière les barreaux.

Un nouveau coup dur pour les ONG, qui subissent « déjà des menaces contre la vie des défenseurs des droits de l’homme », relate Julia Ivan, directrice d’Amnesty International Hongrie, pour qui la situation « est vraiment très dangereuse ». Une campagne du Fidesz, le parti au pouvoir en Hongrie, a d’ailleurs « stigmatisé les organisations », présentées comme « l’ennemi du peuple hongrois ».

Jusque-là les injonctions européennes n’ont pas fait plier Viktor Orban. Cette fois, Julia Ivan espère que les eurodéputés vont envoyer un signal clair. « Il y a déjà 8 ans que M. Orban fait ses pas et ses mesures l’une après l’autre », rappelle-t-elle. « Si les valeurs démocratiques de l’Union européenne sont violées, je ne pense pas que cette union peut rester silencieuse. Alors que l’on voit les tendances un peu partout en Europe, il faut agir. »

Le vote de mercredi s’annonce serré. Le choix du parti populaire européen est particulièrement attendu : le premier groupe politique du parlement compte en son sein des députés du Fidesz, le parti de Viktor Orban.

Il faut envoyer un message clair.
Ingeborg Grässle, eurodéputée CDU-PPE 11/09/2018 - par Anissa El Jabri Écouter


L'article 7 du traité sur l'Union européenne, permet à l'Union européenne, à la suite d'une série de votes, de suspendre tout ou partie des droits d'un Etat membre de l'UE. Ces votes ne peuvent intervenir que si l'Europe constate une « violation grave et persistante par un État membre des valeurs » européennes. L'article 2 du même traité définit les valeurs de « respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'État de droit, ainsi que de respect des droits de l'homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités » concernées.