rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Commerce: Washington lance de fausses accusations pour «intimider» les autres (Chine)
  • Maldives: le gouvernement indique reconnaître la victoire de l'opposition à la présidentielle (officiel)
  • Russie: l'opposant Alexeï Navalny a été de nouveau arrêté dès sa sortie de prison (porte-parole)
  • Internet: le moteur de recherche Google, né en septembre 1998, célèbre ses vingt d'ans d'activité
  • Pétrole: l'Opep et ses partenaires interviendront pour éviter la pénurie sur le marché s'ils le jugent opportun, dit l'Arabie saoudite
  • Australie: les travaux ont commencé sur le chantier du deuxième aéroport de Sydney, qui doit être livré en 2026
  • Hong Kong interdit un parti indépendantiste, le Parti national (HKNP), une première depuis 1997
  • Birmanie-Rohingyas: pour le chef de l'armée birmane, l'ONU «n'a pas le droit d'interférer»
  • Guerre commerciale Washington-Pékin: entrée en vigueur des taxes américaines sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises

Italie Matteo Salvini Viktor Orban Hongrie

Publié le • Modifié le

Italie: la rencontre prévue entre Orban et Salvini agace Luigi Di Maio

media
Le ministre italien du Travail et de l'Industrie, Luigi Di Maio, le 7 juin 2018 à Rome. REUTERS/Tony Gentile

Matteo Salvini, qui n’a jamais caché son rêve de répliquer en Italie le modèle politique du Premier ministre hongrois Viktor Orban va rencontrer son ami obsédé par l’immigration et le nationalisme, dans l'après-midi de ce mardi 28 août à Milan. Une rencontre uniquement politique, mais qui froisse beaucoup son allié au gouvernement Luigi Di Maio, chef de file du Mouvement 5 étoiles.


Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

Matteo Salvini recevra le Premier ministre hongrois au siège de la Ligue, son parti d’extrême droite. Mais cette rencontre, entre Viktor Orban et le ministre de l’Intérieur également vice-président du Conseil italien, n’est pas du goût de l’autre vice- président du Conseil, Luigi di Maio chef de file du Mouvement 5 étoiles.

Dans un entretien au quotidien La Stampa, il a mis les points sur les « i ». « La Hongrie d'Orban dresse des murs de barbelés et refuse la répartition des migrants ». « En ce qui me concerne, les pays qui refusent la répartition n'ont pas le droit aux financements européens ».

Luigi Di Maio a précisé que « pour l’ensemble du Mouvement 5 étoiles, ceux qui fuient guerres et persécution ont le droit de demander l’asile ». De leur côté, les chefs des groupes parlementaires du Mouvement 5 étoiles ont souligné que « la rencontre entre Salvini et Orban est exclusivement politique ».