rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Allemagne Jeux vidéo Histoire Société

Publié le • Modifié le

Allemagne: l’imagerie nazie autorisée dans les jeux vidéo

media
Les soldats nazis du jeu «Wolfenstein II: The new colossus», entre autres, vont pouvoir être représentés avec leur uniforme en Allemagne. Bethesda/Wolfenstein II: The new colossus

L'Allemagne a levé jeudi 9 août l'interdiction de montrer des symboles nazis dans les jeux vidéo. Jusqu'à présent, les jeux vidéo devaient respecter un article du Code pénal qui leur interdisait de montrer des symboles inconstitutionnels.


Depuis ce jeudi, les joueurs allemands vont avoir accès aux versions non censurées des jeux vidéo mettant en scène des nazis. Hitler sans moustache, les croix gammées remplacées par des triangles, les uniformes, les plaques militaires et les emblèmes des SS modifiés. Voilà jusqu'à présent ce que voyaient sur leurs écrans les allemands qui jouaient à des jeux vidéo sur la Seconde Guerre mondiale.

Depuis 20 ans, les jeux n’avaient pas le droit de montrer des « symboles inconstitutionnels ». C’est-à-dire des images, des logos et des personnages en lien avec la période nazie. En conséquence, certains studios ont dû sortir une version profondément remaniée de leur œuvre pour le marché allemand.

L'art du jeu vidéo

Ceci est maintenant terminé. Mais l'autorisation n'est pas pour autant générale : l'USK, l'autorité allemande de régulation des jeux vidéo, ne donnera son accord qu'au cas par cas. Il faudra que la présence de ces symboles soit « socialement appropriée ».

Cette autorisation révèle avant tout un changement dans la perception du jeu vidéo par les autorités germaniques. Dans l'art, l'éducation ou la science, les croix gammées étaient déjà autorisées, à condition d’être « présentées à des fins utiles ou éducatives ». Sauf que le jeu vidéo n’était jusque-là pas considéré comme une discipline artistique. C’est chose faite.

Chronologie et chiffres clés