rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Grèce: explosion d'une bombe contre la télé privée Skaï, pas de blessés mais des dégâts matériels (police)
  • Le Canada cherche à annuler un contrat d'armement de 15 milliards de dollars avec Riyad (Justin Trudeau)
  • Brexit: des «dégâts irréparables» en cas de second référendum, prévient Theresa May
  • Japon: une explosion dans un restaurant fait 42 blessés dans le nord du pays (autorités locales)
  • Conso: la quasi-totalité des poissons présents sur les étals des grandes surfaces ne sont pas issus de la pêche durable (UFC-Que Choisir)

Allemagne Iran Industrie Commerce et Echanges

Publié le • Modifié le

Les entreprises allemandes cessent leurs activités en Iran

media
Daimler avait signé en 2016 des protocoles d'accord avec deux groupes iraniens pour produire et commercialiser des camions Mercedes-Benz. REUTERS/Michaela Rehle

Après le rétablissement des sanctions économiques contre l'Iran, les entreprises allemandes, qui font des affaires avec ce pays, déjà dans l'expectative, préfèrent se retirer par crainte de conséquences négatives pour leurs activités aux Etats-Unis dont le volume économique est autrement plus important. C'est le cas de Daimler qui vient de l'annoncer ce mardi.


Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

Daimler prévoyait de fabriquer et de vendre des camions de la marque Mercedes en Iran dans le cadre d’un partenariat avec des entreprises locales.

Le constructeur allemand qui a été présent dans ce pays pendant cinq décennies jusqu’en 2010 évoque également l’évolution moins favorable de l’économie iranienne et de son marché automobile pour justifier son retrait.

D’autres grandes entreprises allemandes préfèrent se retirer par crainte des sanctions américaines. C’est le cas d’Adidas qui avait signé un contrat avec la fédération iranienne de football l’an passé. Ou encore de Siemens. Son PDG a comparé récemment en chiffres les enjeux pour son entreprise : 60 000 salariés aux Etats-Unis et 24 milliards de dollars de chiffre d’affaires contre 600 millions en Iran.

D’après la chambre de commerce germano-iranienne, les PME allemandes pourraient ne pas modifier leur stratégie si elles sont absentes du marché américain. Cela vaut notamment pour les machines-outils.

Les ventes allemandes vers l’Iran avaient augmenté de 16% l’an passé, pour une part cependant modeste des exportations allemandes de 0,2%. Mais la RFA reste un partenaire commercial important. Des liens hérités du passé : dans les années 1970, ce pays était le deuxième partenaire économique de l’Allemagne à l’extérieur de l’Europe, derrière les Etats-Unis.

(Re) lire : Iran: les entreprises européennes menacées

Chronologie et chiffres clés