rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Allemagne Russie Argentine Drogue Justice

Publié le • Modifié le

L’Allemagne extrade vers Moscou le cerveau présumé d’un trafic de cocaïne

media
Une photo de la cocaïne trouvée dans les locaux de l'ambassade russe à Buenos Aires. Photo non datée transmise à l'agence Reuters le 22 février 2018. Argentine Ministry of Security/Handout via REUTERS

C'est le dernier épisode en date d’une rocambolesque affaire de trafic de cocaïne entre l'Argentine et la Russie : l’organisateur présumé du réseau a été extradé d’Allemagne à Moscou. C’est son avocat qui l’annonce. Le russe Andreï Kovaltchouk avait été interpellé en mars dans le Brandebourg sur la base d’un mandat d’arrêt international russe.


Andreï Kovaltchouk est soupçonné d’avoir utilisé une dépendance de l’ambassade russe à Buenos Aires, en l’occurrence l’école russe, pour y stocker près de 400 kg de cocaïne dans 16 valises. Les stupéfiants avaient été découverts par la police argentine en décembre 2016 sur dénonciation de l’ambassadeur Viktor Koronelli.

Les enquêteurs avaient ensuite monté une opération destinée à démasquer les organisateurs du réseau. Ils avaient remplacé les 400 kg de drogue par 400 kg de farine et placé des balises sur le chargement, qui avait fini par être envoyé à Moscou plusieurs mois plus tard.

Deux hommes chargés de réceptionner la marchandise avaient alors été arrêtés. L’enquête remonte ensuite jusqu’au commanditaire présumé : Andreï Kovaltchouk, un homme d’affaires, spécialisé dans le commerce de spiritueux, qui avait eu ses entrées à l'ambassade de Russie en Argentine et résidait alors en Allemagne.

Un mandat d’arrêt international est lancé et l’homme est arrêté quelques jours plus tard dans le Brandebourg. Il rejette ces accusations, dénonce une provocation affirmant que le chargement de cognac et de tabac coûteux qu’il projetait d’envoyer en Russie par la valise diplomatique avait été remplacé à son insu par de la cocaïne à l’ambassade.

Selon son avocat, cité par les médias russes, Andreï Kovaltchouk a été extradé vendredi dernier, de façon inopinée et 10 jours avant la fin du délai légal pour faire appel de la décision de la justice allemande.

Chronologie et chiffres clés