rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Football Coupe du monde 2018 Croatie Serbie Turquie Roumanie Revue de presse

Publié le • Modifié le

À la Une: les Vatreni, l'équipe de tout un pays ou celle des nationalistes?

media
Zagreb, lors de la cérémonie de bienvenue de l’équipe de football croate DIMITAR DILKOFF/AFP

La Coupe du monde est terminée, mais les récupérations politiques et la polémique continuent. Après l'euphorie et la défaite en finale célébrée comme une victoire, la présence du chanteur d'extrême droite Thompson lors de la fête des Vatreni à Zagreb fait couler beaucoup d'encre. Reportage.

• Polémique en Croatie : les Vatreni, l'équipe de tout un pays ou celle des nationalistes ?

• Retrouvez le dossier spécial : Coupe du monde 2018 : le football croate dans tous ses états

81 morts, onze blessés toujours dans un état critique. Le bilan humain des incendies mortels qui ravagent la Grèce ne cesse de s’alourdir. Les pompiers ratissent toujours le secteur à la recherche d’éventuelles nouvelles victimes. Les médias et les réseaux sociaux se demandent si tout a été fait pour éviter le pire.

Incendies en Grèce : la tragédie continue, la polémique enfle

• À lire aussi : Grèce : la région d'Athènes ravagée par de mortels incendies

Selon Pristina, Belgrade utiliserait les ventes d’armes pour faire pression sur certains pays contre la reconnaissance de son indépendance. Cela fait suite à l’identification par Amnesty International d’une Zastava M-21 sur la sordide exécution de deux femmes au Cameroun.

Le Kosovo accuse la Serbie d'acheter ses soutiens diplomatiques avec des armes

• À lire aussi : Dialogue Kosovo-Serbie : un échange de territoires comme « accord final » ?

« Les porcs sont incinérés, c’est un travail extraordinaire. Sur place, c’est comme à Auschwitz. » Ces propos de Petre Daea sur la chaîne Antena 3 ont provoqué un tollé en Roumanie. Mais aucune sanction n’a été prononcée. Quant à la Première ministre, Viorica Dăncilă, elle multiplie les bourdes.

Roumanie : le ministre de l'Agriculture compare l'abattage des porcs à Auschwitz

Quand ils parlent de trafic d’armes dans les Balkans, les médias étrangers ne manquent jamais d’évoquer la mentalité « arriérée » des peuples vivant dans ce « baril de poudre » ou les problèmes de « jeunes démocraties » immatures. Pourtant, ces scandales impliquent souvent les grandes puissances qui se servent (toujours) de la région comme d’un terrain de jeu.

Les « Balkans barbares », terrain de jeu de prédilection pour les espions internationaux

Adriatik Llalla était un homme redouté. Plus haut magistrat d’Albanie jusqu’en novembre 2017, il avait renoncé à briguer un nouveau mandat pour éviter de se soumettre au nouveau processus de vérification de ses avoirs. Il a fini par être rattrapé, comme nombre de ses confrères. Certains se demandent désormais comment la justice va être rendue dans le pays, faute de juges.

Albanie : les autorités saisissent les biens de l'ancien procureur général Adriatik Llalla

Un an après avoir fait plier les autorités locales qui voulaient séparer les élèves bosniaques et croates de la ville, les lycéens de Jajce viennent d’être primés par l’OSCE. Une victoire contre les divisions communautaires même si la bataille est encore loin d’être gagnée.

Bosnie-Herzégovine : les lycéens de Jajce récompensés pour leur combat contre la ségrégation à l'école

• À lire aussi : Bosnie-Herzégovine : le mouvement « Pravda za Davida » va-t-il faire chuter le chef de l'entité serbe ?

La Serbie compte au moins 100 000 chiens errants et encore bien plus de chats. La plupart ont été abandonnés par leurs propriétaires. Il existe bien des lois encadrant le respect du bien-être animal, mais personne ne les respecte. Faute de services vétérinaires publics, ce sont des entreprises privées peu scrupuleuses qui sont chargées de la capture et de la gestion des refuges, infligeant aux bêtes des traitements inhumains.

Serbie : l’Homme n’est pas le meilleur ami du chien

Présentée comme « dessinatrice féministe », Ramize Erer a été l’une des premières femmes à se faire une place dans la presse satirique turque. Après avoir fait ses débuts dans les années 1980 dans l’hebdomadaire Gırgır, elle dirige actuellement le mensuel, géré exclusivement par des femmes, Bayan Yanı. Et revendique une totale liberté malgré les pressions de l’AKP. Entretien.

Turquie : avec Ramize Erer, la satire se dessine au féminin

Chronologie et chiffres clés