rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Russie Coupe du monde 2018 Vladimir Poutine

Publié le • Modifié le

Mondial 2018: 15 jours de prison pour les Pussy Riot qui ont perturbé la finale

media
Les quatre Pussy Riot qui ont envahi le terrain pendant la finale de la Coupe du monde ont écopé de 15 jours de prison ferme. REUTERS/Darren Staples

La fête est terminée en Russie : les quatre membres du groupe Pussy Riot qui ont brièvement interrompu la finale de la Coupe du monde ce dimanche ont écopé de 15 jours de prison. La peine maximale pour avoir enfreint les « règles du comportement des spectateurs », selon le tribunal moscovite qui a jugé les membres du groupe contestataire.


Avec notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

Leur action aura duré moins de 25 secondes, mais les images ont déjà fait le tour du monde. Deux jours après la finale qui a vu la victoire de la France face à la Croatie, les quatre militantes du groupe féministe Pussy Riot ont été condamnées à quinze jours de prison ferme.

Quelques minutes après leur intrusion sur la pelouse du stade Loujniki de Moscou dimanche, le groupe avait publié sur les réseaux sociaux, demandant notamment la libération des prisonniers politiques en Russie, la fin des arrestations lors des manifestations pacifiques et l’autorisation d’un véritable pluralisme politique.

Un message très critique à l’encontre de Vladimir Poutine et des autorités russes qui aura été au final le seul véritable « couac » de cette Coupe du monde.

La condamnation sévère prononcée par le tribunal moscovite confirme les craintes de tous ceux, en Russie, qui redoutent un brutal retour à la réalité après cette parenthèse enchantée qu’aura été le Mondial 2018.

Chronologie et chiffres clés