rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Royaume-Uni Brexit Theresa May Union européenne

Publié le • Modifié le

Brexit: Theresa May présente une supposée solution miracle pour l’Irlande

media
La première ministre britannique Theresa May quitte le 10 Downing Street, à Londres, le 4 juillet 2018. REUTERS/Simon Dawson/File Photo

Theresa May réunit ses ministres cevendredi 6 juillet pour discuter d'une nouvelle option douanière pour le Royaume-Uni post-Brexit. Une réunion à Chequers, dans la maison de campagne du Premier ministre, pour ce qui serait une solution miracle qui règlerait le problème de la frontière Irlandaise et créerait une sorte d’accord facilité avec l’Union européenne.


Avec notre correspondante à Londres, Marina Daras

Deux ans après le référendum sur le Brexit et seulement neuf mois avant la sortie officielle du Royaume-Uni de l'Union européenne, la question douanière, n'est toujours pas réglée, comme beaucoup d'autres questions. Theresa May se doit donc de trouver une solution au plus vite qui fera l'unanimité au sein du cabinet.

Après l'échec cuisant des deux premières alternatives avancées par Downing Street et rejetées par Bruxelles, Theresa May devrait présenter une troisième option : une sorte d'accord douanier facilité entre l'UE et le Royaume-Uni, qui règlerait au passage le problème de la frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande.

D'après la presse britannique, le Royaume-Uni envisagerait de récolter les tarifs douaniers à la frontière grâce à un système automatisé en fonction de la destination finale des marchandises et de reverser les tarifs européens à Bruxelles pour les marchandises en transit.

Reste à savoir si cette troisième option, considérée comme une solution miracle par Theresa May, réussira à convaincre les ministres du cabinet pour éviter une énième querelle interne chez les conservateurs. Mais surtout réussira-t-elle à convaincre Michel Barnier ? Car le négociateur en chef du Brexit du côté européen commence sérieusement à perdre patience.

Chronologie et chiffres clés