rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Union européenne Transport Emploi et Travail

Publié le • Modifié le

Travailleurs détachés: des transporteurs mécontents

media
La France et l'Allemagne, qui connaissent un fort transit de camions, s'inquiètent notamment de la concurrence déloyale des entreprises des pays où le coût des chauffeurs est bien moindre. Photo by Ulrich Baumgarten via Getty Images

Les transporteurs routiers étaient à Strasbourg ce mardi 12 juin pour faire entendre leur voix, alors que leurs conditions de travail font l'objet d'une bataille politique au niveau européen depuis plusieurs semaines.


Avec notre envoyée spéciale à Strasbourg,  Joana Hostein

Allongement du temps de travail, légalisation du repos des chauffeurs dans les cabines de leurs véhicules, concurrence accrue avec les travailleurs des pays de l'Est, le texte actuellement négocié au Parlement européen est très inquiétant, selon Roberto Parrillo qui préside la Fédération européenne des travailleurs des transports (ETF).

« Les conditions qui sont mises sur la table sur le repos font en sorte qu’on va faire travailler par semaine un jour en plus un chauffeur. Et donc il va se reposer moins. S’il se repose moins, c’est un danger pour la sécurité non seulement pour sa sécurité à lui, mais la sécurité des citoyens », souligne-t-il.

En fait, le secteur du transport routier a été exclu de la révision sur la directive des travailleurs détachés, adoptée au mois de mai, qui coule dans le marbre le principe suivant : « A travail égal, salaire égal, sur un même lieu de travail ».

Une exclusion que regrette l'eurodéputé socialiste française Christine Revault d'Allonnes. « Il s’agit de 1,9 million de chauffeurs routiers qui ont été exclus, et quand on nous disait : "mais ne vous inquiétez pas, on va leur faire une loi spéciale pour eux, parce que vous comprenez, ils ne sont pas toujours sur le même lieu de travail. Donc c’est difficile de la rattacher à ce texte général." C’est cette idée de l’Europe sociale que l’on veut construire qui tombe puisqu’on n’est pas capables de les protéger tous. »

La prochaine étape de cette bataille sera jeudi 14 juin devant le Parlement européen.