rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Italie Espagne Réfugiés Migrations Internationales

Publié le • Modifié le

Les migrants de l'«Aquarius» vont finalement pouvoir voguer vers l'Espagne

media
Des réfugiés à bord de l'«Aquarius». REUTERS/Guglielmo Mangiapane

Les 629 migrants secourus en Méditerranée par le navire « Aquarius » et bloqués au large suite à un bras de fer entre l'Italie et Malte vont finalement pouvoir débarquer en Espagne, qui a proposé de les accueillir, a annoncé, mardi 12 juin, l'ONG SOS Méditerranée. Les préparatifs sont en cours. 1 300 km en mer, soit 3 à 4 jours de navigation pour des personnes exténuées, ça ne s’improvise pas.


La décision espagnole d'accueillir sur son territoire les réfugiés de l'Aquarius pourrait mettre un terme au bras de fer engagé ce week-end avec l'Italie et Malte, qui refusaient de le laisser accoster. « Des vivres seront livrés sous peu à l'Aquarius par un navire italien », a précisé l'ONG sur Twitter citée par l'AFP. Le centre de commandement des secours de Rome « planifie de transborder les rescapés plus tard sur des navires italiens après quoi nous mettrons le cap ensemble sur Valence », a-t-elle ajouté.

Les préparatifs sont en cours, mais cela prend du temps et fait l’objet d’une préparation minutieuse pour 1 300 km en mer. Les équipes à bord de l’Aquarius ont enfin annoncé en début d’après-midi ce mardi aux passagers qu’ils allaient mettre le cap vers Valence. C’est donc la fin d’une longue période d’incertitude pour ces personnes très éprouvées physiquement et moralement.

Cela indique aussi que les questions logistiques sont en train d’être réglées. Les 629 migrants vont être répartis sur 3 bateaux : 2 navires de la marine italienne vont accueillir 400 personnes. 229 les plus mal en point resteront à bord de l’Aquarius.

Selon un photographe d’El Païs, présent à bord, un premier bateau de garde-côtes italiens s’est approché du navire de SOS Méditerranée. Les opérations de transbordement vont donc pouvoir débuter. Ce sont des opérations délicates, qui ne sont pas sans risque.

Auparavant, les équipes de MSF et SOS Méditerranée se sont assuré auprès des autorités maritimes italiennes que les conditions étaient réunies pour que la traversée s’effectue dans des conditions acceptables, que les familles ne soient pas séparées, que les personnes à la santé la plus fragile puissent bénéficier de l’aide nécessaire en cas de besoin. Le navire compte 7 femmes enceintes : une sage-femme est d’ailleurs présente à bord de l’Aquarius.

En attendant que les 3 bateaux lèvent l’ancre, les préparatifs vont déjà bon train à Valence. C’est la Croix-Rouge locale qui prendra en charge dans un premier temps les 629 migrants une fois qu'ils auront débarqué sur la terre ferme.

L'Italie a refusé l'accostage

Le navire de SOS Méditerranée, qui peut normalement porter secours à 500 migrants, croise depuis trois ans au large de la Libye, débarquant les migrants qu'il a sauvé de la noyade en Italie. Mais ce week-end, le nouveau ministre italien de l'Intérieur, le patron de la Ligue (extrême droite) Matteo Salvini, à la manoeuvre depuis le début de cette crise en Méditerranée, a refusé l'accostage.

L'Espagne avait proposé lundi d'accueillir le navire mais les dirigeants de l'ONG SOS Méditerranée qui affrète le bateau jugeaient que les conditions de sécurité n'étaient pas réunies pour le mener jusqu'à l'Espagne. Malte avait ravitaillé le navire en nourriture dans la nuit. L'Italie, qui a vu quelque 700 000 migrants débarquer sur ses côtes depuis 2013, a régulièrement accusé les Européens d'avoir détourné les yeux et de l'avoir laissée seule face à la crise migratoire.

Bien que les décisions en matière de droit d’accostage d’un navire dans un port Italien appartiennent à la fois au ministre de l’’Intérieur et à celui des Transports - en l’occurrence Danilo Toninelli membre du Mouvement Cinq étoiles - on a surtout entendu Matteo Salvini et ses directives musclées. Le ministre de l’Intérieur s’est d’ailleurs déclaré « fier » du résultat qu’il pense avoir obtenu en faisant la grosse voix. C'est-à-dire faire bouger les partenaires européens, notamment l’Espagne.

Salvini veut barrer la route aux humanitaires

Mais son ambition, à peine voilée, indique notre correspondante en Italie, Anne Le Nir, est de barrer définitivement la route aux ONG humanitaires, qu’il accuse de favoriser le business des trafiquants de migrants. En clair, les ports italiens ne seraient ouverts qu’aux bateaux militaires. D’ailleurs, un navire des gardes-côtes italiens qui transporte 937 migrants secourus ces dernières heures au large de la Libye, débarquera à Catane en Sicile, ce soir ou demain selon l’évolution des conditions météorologiques.

Enjeu d'un bras de fer entre l'Italie et Malte, qui refusaient tous deux de laisser débarquer ses 629 migrants, l'Aquarius pourrait-il faire escale en Corse ? Les dirigeants nationalistes de l'île française ont en effet proposé ce mardi matin d'accueillir le navire, le président du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, cité par l'AFP, assurant que la « Corse ne pouvait pas rester insensible à un drame qui se joue pas très loin de ses rivages ». A Paris, de son côté, le président Macron a dénoncé le « cynisme » et « l'irresponsabilité » de l'Italie. Le chef de l'Etat « a tenu à rappeler le droit maritime » qui indique « qu'en cas de détresse ce soit la côte la plus proche qui assume la responsabilité de l'accueil ».