rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Immigration Réfugiés Migrations Internationales

Publié le • Modifié le

Quatre pays européens lancent une initiative pour les migrants disparus

media
Un canot pneumatique chargé de migrants secourus par des gardes-côtes libyens en Méditerranée, le 15 janvier 2018. REUTERS/Hani Amara

Quatre pays européens se retrouvent à Rome ce lundi soir 11 juin pour évoquer la question de la recherche et de l’identification des milliers de personnes disparues sur la route migratoire de Méditerranée centrale. L’Italie, la Grèce, Chypre et Malte vont lancer une initiative en coopération avec la Commission internationale pour les personnes disparues, l’ICMP. Dans la seule Italie, 8 000 corps ont été recueillis en 10 ans. Cette coopération devrait permettre de compter les personnes décédées, de rechercher les survivants et les corps des disparus et d’assister les familles. Elle a aussi pour objectif de favoriser des procédures judiciaires contre les passeurs. L’ICMP doit apporter son soutien logistique aux pays concernés. Explications de Kathryne Bomberger, directrice générale de la Commission.


« Nous allons faire en sorte que les Etats européens, en commençant par ces quatre-là, remplissent leurs obligations légales vis-à-vis des familles de disparus. Beaucoup de ces disparitions sont liées à l'activité de réseaux criminels, ça ne fait aucun doute, analyse Kathryne Bomberger. Et donc, les responsables doivent être traduits en justice, il doit y avoir des enquêtes.  Notre aide pourrait aussi porter sur l’identification des corps, mais nous devons d’abord évaluer les capacités techniques et scientifiques dont disposent les Etats. »

« Ensuite, poursuit-elle, nous verrons comment l'ICMP peut alléger le poids de cette responsabilité, par exemple sur les recherches d'ADN et en tout cas certainement sur le développement de bases de données - on pourra ainsi relier les données des différents pays et contacter les familles dans les pays d'origine. C'est important que des organisations internationales, ou même multilatérales comme l'UE, aident les Etats. Parce qu'ils sont débordés. Il y a deux acteurs dans cette problématique : les migrants et les familles de disparus qui vivent des expériences terrifiantes, et de l'autre, les Etats qui font face à cette situation et qui franchement, sont eux aussi dépassés. Donc tout le monde a besoin d'aide. »