rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Football: la France, championne du monde, en tête du classement Fifa
  • Afghanistan: attaque contre un centre d'entraînement des services de renseignement à Kaboul (officiel)

Hongrie Finances ONG Droits de l’homme

Publié le • Modifié le

La fondation du milliardaire George Soros quitte la Hongrie

media
George Soros est célèbre pour avoir fait fortune sur le marché des changes, notamment en spéculant contre la livre sterling en 1992. REUTERS/Shannon Stapleton

La fondation du milliardaire George Soros annonce son départ de Hongrie. L'homme d'affaires américano-hongrois finance via cette fondation de nombreuses ONG dans le domaine des droits de l'homme depuis des décennies. Il est la cible favorite du gouvernement national conservateur de Viktor Orban qui l'accuse régulièrement de vouloir islamiser l'Europe. Face à un environnement politique et juridique de plus en plus répressif, la Fondation Open Society, a donc décidé de s'installer à Berlin.


George Soros le philantrope milliardaire américano-hongrois était devenu la bête noire de Viktor Orban. Il a décidé de jeter l'éponge et de quitter la Hongrie. Sa fondation, qui mène de nombreux projets dans les domaines de l'éducation, de l'aide aux pauvres ou aux étrangers part s'installer à Berlin. « Confronté à un environnement politique et juridique de plus en plus répressif en Hongrie, la Fondation Open Society (OSF) déplace ses opérations internationales et son personnel de Budapest vers la capitale allemande », dit le communiqué qui annonce le départ de la fondation. Son président, Patrick Gaspard, explique de quelle manière il est devenu impossible de travailler, reprochant au gouvernement hongrois, « une tactique sans précédent dans l'histoire de l'Union européenne », en dénigrant et donnant une fausse image du travail d'OSF.

Accusée par l'exécutif d'orchestrer une « immigration de masse » vers l'Union européenne, la fondation qui finance l'université centrale européenne à Budapest, menacée de fermeture ( Lire le récent reportage d'Anissa el-Jabri ), était dans la ligne de mire de Viktor Orban. Le Parlement hongrois doit examiner dans les prochaines semaines un projet de loi baptisé « Stop Soros » qui prévoit de taxer les ONG « qui soutiennent l'immigration ».

OSF, dont le siège est à New York, a tenu à préciser qu'elle continuera de « soutenir le travail important des groupes de la société civile en Hongrie sur des questions telles que les arts et la culture, la liberté des médias, la transparence et l'éducation ».

(avec AFP)