rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • La Maison Blanche juge les sanctions turques «regrettables»
  • Trump révoque l'habilitation secret défense de l'ex-chef de la CIA John Brennan (Maison Blanche)
  • Inde: 67 morts, 50000 déplacés par les inondations au Kerala (officiel)
  • Libye: 45 miliciens condamnés à mort pour avoir tué des manifestants anti-Kadhafi en 2011 (ministère)
  • Viaduc effondré à Gênes: Rome confirme qu'il va révoquer la concession de la société autoroutière Autostrade per l'Italia
  • Le gouvernement italien déclare l'«état d'urgence» pour 12 mois à Gênes
  • Embargo en Corée du Nord: Washington sanctionne deux sociétés russe et chinoise

Turquie Royaume-Uni Recep Tayyip Erdogan Diplomatie

Publié le • Modifié le

Le président turc à Londres pour renforcer les relations économiques

media
Le président turc Recep Tayyip Erdogan (ici le 6 mars 2018). REUTERS/Umit Bektas

Le président turc Recep Tayyip Erdogan est ce dimanche 13 mai à Londres pour une visite de trois jours. Il doit notamment rencontrer la reine Elisabeth II et Theresa May, chef du gouvernement britannique. Principal sujet à l'agenda : les relations économiques entre Ankara et Londres qui, comme leurs relations politiques, sont déjà au beau fixe.


Avec notre correspondante à Istanbul,  Anne Andlauer

C'est surtout pour parler d'économie que Recep Tayyip Erdoğan est en visite à Londres et avec lui, un aréopage d'hommes d'affaires et de hauts responsables, dont le vice-Premier ministre chargé de l'économie, Mehmet Simsek, figure appréciée des investisseurs qui participe rarement à ce genre de voyage présidentiel.

Alors que l'économie turque multiplie les signes de surchauffe et souffre d'un large déficit courant, le pays est en quête d'investisseurs étrangers et de nouveaux débouchés pour ses produits.

Mais dans le contexte du Brexit, Londres aussi est avide de renforcer ses relations avec la 13e économie mondiale. Les dirigeants britanniques évitent d'ailleurs de critiquer en public les atteintes aux droits de l'homme dans la Turquie de Recep Tayyip Erdoğan, contrairement à leurs homologues allemands ou français.

Un silence apprécié par le chef de l'Etat turc. Ce dernier, en campagne pour sa réélection au double scrutin présidentiel et législatif du 24 juin, ne manquera pas de rappeler à ses hôtes britanniques leur soutien sans équivoque dans les heures qui avaient suivi la tentative de putsch de juillet 2016, et qu'il estime ne pas avoir reçu de ses autres partenaires européens.

Chronologie et chiffres clés