rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Décès d'Aretha Franklin: édition spéciale sur RFI ce 17 août à partir de 5h15 TU (7h15, heure de Paris)

Turquie Recep Tayyip Erdogan

Publié le • Modifié le

Turquie: Erdogan galvanise ses troupes en vue des élections anticipées

media
Le président turc Erdogan lors d'un rassemblement électoral à Istanbul, dimanche 6 mai 2018. REUTERS/Osman Orsal

Le président turc Erdogan s'est exprimé devant des milliers de partisans réunis à Istanbul ce dimanche, en vue des élections législatives et présidentielle anticipées du 24 juin prochain, affirmant notamment que la Turquie lancerait de « nouvelles opérations » militaires sur le modèle d'offensives menées dans le nord de la Syrie. Le chef de l'Etat a aussi déclaré que les nouvelles prérogatives présidentielles lui permettront, en cas de victoire, de donner un nouvel élan à l'économie turque.


Avec notre correspondant à IstanbulAlexandre Billette

C’était le premier vrai discours de campagne de Recep Tayyip Erdogan, devant des milliers de ses partisans, dans « sa » ville, Istanbul, la ville dont il a été le maire dans les années 1990. Erdogan a été présenté à la foule comme le héros du 15 juillet 2016, date du putsch raté contre lui. Acclamé par les participants, le président turc a passé une bonne partie de son discours à évoquer la « Nouvelle Turquie ».

Un discours de lancement de campagne, où il a longuement défendu ce nouveau régime présidentiel qui a été fait sur mesure pour lui, et qui va voir le jour après ce scrutin : le 24 juin va être une date fondatrice pour la Turquie, a-t-il dit : « Notre parti a remporté jusqu’à aujourd’hui les douze derniers scrutins. C’était très important pour nous. Mais quand ces élections seront terminées, notre système présidentiel va entrer pleinement en fonction. Et il va nous permettre de poursuivre nos idéaux de grandeur ! »

Le président turc a aussi passé de longues minutes à parler de stabilité, d’économie, de croissance, d’inflation. Un thème qui n’est pas habituel lors de ses grands rassemblements. Comme si Erdogan voulait conjurer la crise économique qui plane sur la Turquie. Une crise à venir qui explique d’ailleurs peut-être pourquoi le pouvoir turc a préféré convoquer dès le mois de juin des élections anticipées.

Erdogan a aussi été très virulent en matière de politique étrangère, promettant d’autres interventions militaires extérieures comme celle d’Afrin, sans préciser lesquelles.

Recep Tayyip Erdogan est de retour en campagne électorale, et on peut s’attendre dans les prochaines semaines à plusieurs discours de ce genre, des discours très corrosifs et des déclarations probablement aussi parfois très provocatrices.

Chronologie et chiffres clés