rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • La Maison Blanche juge les sanctions turques «regrettables»
  • Trump révoque l'habilitation secret défense de l'ex-chef de la CIA John Brennan (Maison Blanche)
  • Inde: 67 morts, 50000 déplacés par les inondations au Kerala (officiel)
  • Libye: 45 miliciens condamnés à mort pour avoir tué des manifestants anti-Kadhafi en 2011 (ministère)
  • Viaduc effondré à Gênes: Rome confirme qu'il va révoquer la concession de la société autoroutière Autostrade per l'Italia
  • Le gouvernement italien déclare l'«état d'urgence» pour 12 mois à Gênes
  • Embargo en Corée du Nord: Washington sanctionne deux sociétés russe et chinoise

Autriche Syrie ONU

Publié le • Modifié le

Syrie: une vidéo dévoile le rôle cynique de soldats autrichiens dans un massacre

media
Des policiers syriens circulant à Douma, dans la banlieue de Damas, le 16 avril 2018. (Photo d'illustration). REUTERS/Ali Hashisho

Une vidéo prise par des soldats autrichiens en 2012 suscite une vive polémique en Autriche depuis quelques jours. La vidéo publiée par le journal autrichien Falter montre des soldats autrichiens envoyer à une mort quasi certaine leurs homologues syriens, non sans un certain cynisme.


De notre correspondante à Vienne,

Ce sont des soldats intégrés aux forces de maintien de la paix de l’ONU dans le Golan, à la frontière entre la Syrie et Israël, qui ont pris cette vidéo. Celle-ci publiée vendredi dernier par le journal autrichien Falter, sur son site internet. Les soldats, que l’on ne voit pas, filment ce que Falter présente comme des trafiquants syriens en train de préparer une embuscade. Une heure plus tard, une jeep blanche, avec neuf policiers syriens, s'approche du check-point des Autrichiens. On entend alors les soldats laisser passer la jeep sans prévenir les policiers du guet-apens qui les attend, décrypte Falter. On entend même un des soldats dire à son collègue: « on devrait leur dire », mais rien ne se passe et finalement, on voit les policiers se faire tuer. Les soldats autrichiens font alors des commentaires assez cyniques, mis en exergue par Falter, sur la scène à laquelle ils assistent.

« Honte d’être Autrichien »

La vidéo a choqué bon nombre d’Autrichiens. En seulement une semaine, elle a été vue près de 490 000 fois, rentrant ainsi dès les premiers jours dans le TOP 15 des tendances YouTube en Autriche. Sur Twitter, les réactions sont indignées, à l’image de ce jeune étudiant qui écrit : « J’ai honte d’être Autrichien. Ils envoient des policiers syriens à une mort certaine et font des blagues dessus ». Face à la polémique, le ministère autrichien de la Défense a annoncé qu’une commission spéciale d’enquête avait commencé des investigations samedi dernier sur cette affaire. L’ONU devrait participer à cette enquête : toute la question est de savoir s’il était du devoir des soldats autrichiens de prévenir les policiers syriens de l’embuscade, si cela faisait  partie de leur mission fixée par l’ONU.

Audience exceptionnelle pour Falter

En tout cas, Falter a réussi à rendre cette information très visible grâce aux réseaux sociaux, car la vidéo publiée par Falter présente le film pris par les soldats autrichiens tout en le décryptant étape par étape. C’est comme un article vidéo que les internautes partagent sur les réseaux sociaux.  Dans la vidéo, on voit donc le rédacteur en chef de Falter, Florian Klenk, qui commente et contextualise les scènes que l’on est en train de visionner. Et comme l’hebdomadaire est finalement le seul garant de l’authenticité de cette vidéo, il explique aussi comment Falter a eu accès à ces documents. « Nous avons reçu mercredi dernier, le 25, une enveloppe marron envoyée par un lanceur d'alerte inconnu. A l'intérieur se trouvaient des vidéos, des photos, mais aussi un texte. »

Des informations reprises par de nombreux médias internationaux comme la BBC ou le New York Times, une audience assez exceptionnelle donc pour l'hebdomadaire autrichien.

Chronologie et chiffres clés