rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • France/Fraude record à la «taxe carbone»: neuf ans de prison et trois millions d'euros d'amende pour une ex-enseignante marseillaise
  • L'Inde conteste devant l'OMC les droits de douane américains sur l'acier et l'aluminium
  • Justice: «chemise arrachée», trois à quatre mois avec sursis en appel pour quatre ex-salariés d'Air France
  • Italie: le président convoque Giuseppe Conte, Premier ministre pressenti, à 15h30 TU (présidence)
  • Le blogueur et journaliste égyptien Waël Abbas a été arrêté au Caire dans la nuit de mardi à mercredi (avocat)
  • Edouard Philippe annule un déplacement en Israël et dans les territoires palestiniens «pour des raisons d'agenda intérieur» (Matignon)
  • La Commission européenne souhaite obtenir de l'Italie «une réponse crédible» sur sa dette publique

Royaume-Uni Afghanistan Immigration Défense Talibans

Publié le • Modifié le

Les interprètes afghans ne doivent plus payer de taxe de séjour au Royaume-Uni

media
Un interprète afghan traduit la rencontre entre le colonel américan Jones, le vice-commandant Rasoul du Centre provincial de coordination et un citoyen afghan, à Ghazni, le 19 mai 2013. DIBYANGSHU SARKAR / AFP

Les interprètes afghans qui ont travaillé pour l'armée britannique en Afghanistan pourront rester au Royaume-Uni gratuitement, c'est ce qu'a annoncé ce vendredi 4 mai le ministère britannique de l'Intérieur. Jusqu'ici, plus de 150 interprètes devaient s'acquitter d'une taxe d'un montant de 2 700 euros pour un séjour permanent. De l’autre côté de la Manche, la France a débouté les demandes de visa de plus de 150 interprètes.


Depuis le retrait des troupes de l'Otan en Afghanistan en 2015, la vie de centaines d'interprètes afghans qui ont coopéré avec les troupes occidentales est en danger. Menacés de mort pour trahison, un grand nombre d'anciens auxiliaires des armées ont entamé des procédures de relocalisation. Le Royaume-Uni a accueilli environ 400 d'entre eux.

« Nous avons toujours été très clairs là-dessus, a déclaré le ministre de la Défense Gavin Williamson, le Royaume-Uni s'est engagé à accueillir les interprètes et leur famille, dorénavant ils pourront rester ici gratuitement. »

En clair, plus de 150 interprètes qui avaient obtenu un séjour de cinq ans en Grande-Bretagne devaient jusqu’alors payer une taxe de 2 700 euros pour obtenir un séjour permanent. Cette taxe est désormais supprimée.

Une politique d'accueil qui diverge de celle de la France. On estime à plus de 700 le nombre d'interprètes, ouvriers ou cuisiniers qui ont travaillé avec les troupes françaises entre 2002 et 2012. Depuis 2013, la France a accepté 173 dossiers de relocalisation, dont 152 demandes ont été déboutées.

Chronologie et chiffres clés