rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Union européenne Santé et Médecine consommation

Publié le • Modifié le

Parlement européen: de nouvelles mesures pour crédibiliser le marché du bio

media
Des légumes bio dans une boutique dédiée. STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Le Parlement européen doit adopter ce jeudi 19 avril 2018 de nouvelles règles pour l'agriculture biologique. Au menu : de mesures inédites de précaution pour éviter les contaminations de pesticides ou d'engrais synthétiques et des règles plus strictes pour les importations.


Avec notre envoyée spéciale à Strasbourg,  Anastasia Becchio

L'objectif est que le consommateur puisse avoir une plus grande confiance dans le secteur biologique, a expliqué l'eurodéputé vert allemand Martin Häussling, le rapporteur de ce texte qui a mis des années à voir le jour. La nouvelle législation prévoit notamment que les produits importés de pays tiers soient conformes aux normes en vigueur au sein de l'Union européenne, ce qui jusque-là n'était pas le cas, ce que salue l'eurodéputé socialiste Eric Andrieu. « Cette nouvelle législation va permettre un renforcement de la lutte contre la fraude sur les produits biologiques importés. Les producteurs européens seront désormais placés sur un pied d’égalité avec les autres producteurs des pays tiers. »

Le texte prévoit des contrôles renforcés, dans le pays de départ et à l'arrivée sur le sol européen : cela permettra de renforcer la crédibilité du bio, selon l'eurodéputé écologiste José Bové. « Ça, c’est quelque chose d’essentiel. On a vu des scandales sur des haricots ou des mange-tout qui arrivaient d’Afrique où on avait des niveaux de pesticides qui étaient complètement insupportables. Donc, ça effectivement, ce ne sera plus possible. Je crois que c’est très important, parce que c’était le point de départ qui risquait de mettre à mal toute la bio. Et chaque fois qu’il y a un scandale sur la bio, c’est au détriment des producteurs et du label AB, puisque les gens vont dire qu’on ne peut même pas avoir confiance dans le bio. »

Le marché du bio représente aujourd'hui 27 milliards d'euros.